De nos jours, les coursiers arpentent les grandes villes pour livrer toutes sortes de colis. Avec le développement des plateformes de livraison, les coursiers se sont multipliés. Découvrez dans cette fiche métier toutes les informations pour devenir coursier indépendant.

Qu’est-ce qu’un coursier indépendant ?

Le coursier a pour mission d’acheminer des colis chez un particulier ou une entreprise. Les coursiers se déplacent à vélo, en scooter ou encore en voiture même s’ils optent plutôt pour un deux-roues. Les coursiers peuvent livrer des paquets de toutes sortes durant leurs tournées :

  • Des plis importants et urgents ;
  • Des repas ;
  • Des objets divers (fleurs, vêtements…) ;
  • Des produits biologiques (analyses de sang…) pour les coursiers médicaux, etc.

La plupart du temps, le métier s’exerce en indépendant grâce aux plateformes de livraison.

Attention, le coursier ne doit pas être confondu avec le chauffeur VTC ou non qui effectue des courses pour mener un passager d'un point A à un point B.

Zoom sur le secteur de la livraison

Depuis quelques années, la livraison à domicile s’est considérablement développée grâce à l’arrivée de nouveaux acteurs sur le marché : les plateformes de livraison. Ces plateformes ont démocratisé l’accès aux services de livraison pour les particuliers et les professionnels. Les plus connues sont celles qui gèrent la livraison de repas comme Uber Eats ou encore Deliveroo.

Néanmoins, le boom de ce marché a aussi entraîné des critiques envers les plateformes de livraison. Elles sont notamment pointées du doigt car elles encouragent une précarisation des livreurs qui sont de plus en plus nombreux et peinent parfois à gagner un salaire suffisant qui soit en adéquation avec leurs nombres d’heures de travail.

Pour obtenir de meilleures conditions de travail, certains livreurs se sont organisés en coopératives. Ces sociétés de livraison d’un nouveau genre prônent une vision plus éthique de la livraison. C’est l’exemple de “coursiers bordelais” ou “Olvo” qui tentent ainsi de tenir tête aux géants de la livraison.

Les missions du coursier indépendant

Voici les missions quotidiennes d’un coursier à vélo :

  • Renseigner sa disponibilité (les « shifts ») et sa localisation sur l’application de livraison ;
  • Récupérer le colis ;
  • Livrer le colis au point de livraison demandé ;
  • Conduire en toute sécurité ;
  • Réaliser sa course rapidement ;
  • Être poli et aimable avec la clientèle, etc.

Les qualités requises pour devenir coursier indépendant

Quelles sont les qualités demandées pour devenir coursier ? Voici les principales :

  • Être en bonne forme physique : Devenir coursier à vélo c’est pratiquer un métier plutôt sportif ! Il ne faut pas compter le nombre de kilomètres parcourus. Attendez-vous aussi à porter des colis parfois encombrants ou lourds. Le livreur cycliste doit donc faire preuve d’endurance ;
  • Être ponctuel : un coursier doit également être le plus possible à l’heure. Les clients n’aiment pas attendre leur livreur. Aussi, il est indispensable d’être capable de respecter les horaires donnés, quitte à accélérer un peu la cadence de vos livraisons ;
  • Être rapide et dynamique : un livreur de colis se doit d’être vif car son métier exige une vigilance constante. S’il prend du retard en cours de livraison, sa rentabilité pourrait bien chuter…

Les compétences et conditions requises pour devenir coursier à vélo

Les compétences nécessaires pour devenir coursier sont assez sommaires :

  • Savoir faire du vélo ou conduire un véhicule ;
  • Connaître le Code de la route pour se déplacer sans danger ;
  • Disposer d’un bon sens de l’orientation ;
  • Quelques compétences en mécanique peuvent être utiles pour réparer son vélo rapidement en cas de panne.

Évidemment, vous devez aussi posséder un smartphone doté d’un système de géolocalisation (GPS).

Devenir coursier sans diplôme

Aucune étude ni formation n’est nécessaire pour devenir coursier ! C’est d’ailleurs ce qui en fait le métier idéal pour les étudiants.

Si vous conduisez un véhicule motorisé, vous devrez néanmoins posséder le permis correspondant.

Si vous voulez vous former, vous pouvez envisager une formation comme un CAP ou un BEP. Par exemple :

  • CAP conducteur livreur de marchandises ;
  • CAP distribution d’objets et de services à la clientèle ;
  • BEP conduite et services dans le transport routier, etc.

Devenir coursier si vous êtes mineur

Sachez que vous ne pouvez pas devenir coursier si vous êtes mineur. Les plateformes de livraison se sont engagées à n’accepter que des personnes ayant plus de 18 ans.

De même, la pratique de la location du compte d’une personne majeure est interdite. Les plateformes ont d’ailleurs mis en place des systèmes de reconnaissance faciale pour mettre un coup d’arrêt à ces pratiques.

Le salaire d’un coursier indépendant

L’activité de coursier s’exerce principalement dans les agglomérations, là où se trouvent le plus de clients. Et oui car plus vous roulez, plus vous gagnez d’argent !

En tant que travailleur indépendant, vous pouvez choisir vous-même vos horaires et votre volume de travail. C’est la grande différence avec un salarié qui est sous l’autorité de son employeur.

⚠️ Veillez à conserver toute votre indépendance au regard des plateformes de livraison. La justice a ainsi reconnu que certaines plateformes avaient recours au salariat déguisé. La plateforme, désormais disparue Take Eat Easy, a d’ailleurs été condamnée. La relation professionnelle entre les coursiers et la plateforme a été requalifiée en contrat de travail.

En indépendant, votre rémunération varie selon votre volume de travail. Certains coursiers en font leur activité principale tandis que d’autres choisissent d’exercer simplement quelques heures par semaine pour se constituer un revenu d’appoint. Il faut compter en moyenne 4 à 9€ par course.

La rémunération des coursiers varie aussi selon les plateformes. Certaines vous proposent un tarif minimal par course ou par heure. La pénibilité des conditions de travail (pluie, neige) peut également être prise en compte dans le tarif de la course. En plus de votre salaire, vous pouvez aussi bénéficier des pourboires éventuels donnés par les clients.

Le statut le plus adapté pour devenir coursier indépendant

Le coursier est par nature un une activité qui s’exerce en solitaire. Voici les statuts juridiques les plus adaptés.

Devenir coursier en entreprise individuelle

Le choix de l’entreprise individuelle est le meilleur choix pour les livreurs à vélo ou en voiture.

Avec cette structure juridique, votre régime social sera celui d’un travailleur non-salarié (TNS). En tant qu’indépendant, vous n’avez pas droit aux congés payés ni au chômage.

Vous serez imposé à l’impôt sur le revenu.

L’inconvénient majeur de l’entreprise individuelle est que vous êtes responsable sur votre patrimoine personnel en cas de dettes professionnelles. Pour parer à cet inconvénient, vous pouvez opter pour une EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) qui n’est rien d’autre qu’une entreprise individuelle où votre responsabilité est limitée. Ainsi, en cas de faillite, vous pouvez protéger les biens personnels qui ne font pas partie de votre patrimoine professionnel.

Devenir coursier en EURL ou en SASU

Opter pour une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ou une SASU (société unipersonnelle à responsabilité limitée) est aussi possible.

Seulement, sachez que ces deux statuts ne s’envisagent que si vous prévoyez un chiffre d’affaires élevé ou si vous espérez vous associer avec d’autres livreurs.

L’EURL est imposée à l’impôt sur le revenu. La SASU est, par principe, soumise à l’impôt sur les sociétés. Les charges sociales à payer s’élèvent à environ 45% de votre rémunération en EURL et à 80% de votre rémunération en SASU.

Devenir coursier micro entrepreneur

Le régime du micro-entrepreneur (anciennement appelé régime de l’auto-entrepreneur) est le régime le plus adapté pour devenir coursier. Il faut savoir que le régime de l’auto entreprise n’existe plus. On parle maintenant de micro entreprise.

Vous pouvez choisir la micro entreprise si vous optez pour l’un des 3 statuts juridiques suivants : l’EI, l’EIRL ou l’EURL. Ce n’est pas possible en SASU.

La particularité de la micro entreprise est la limitation de votre chiffre d’affaires à 72 600€ brut annuel pour le métier de coursier.

Tant que votre chiffre d’affaires ne franchit pas ses seuils, vous pouvez bénéficier de divers avantages :

  • Un régime micro-social avec des cotisations sociales allégées : elles représentent environ 22% de votre chiffre d’affaires. Vous ne payez des cotisations que si vous réalisez du chiffre d’affaires ;
  • Un régime micro-fiscal imposant vos bénéfices à l’impôt sur le revenu. Le régime offre un abattement forfaitaire de 50% sur votre chiffre d’affaires pour frais professionnels. Cet abattement a l’avantage de diminuer votre résultat imposable. Vous êtes exonéré de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ;
  • Une comptabilité extrêmement simplifiée : vous avez uniquement à tenir un livre des recettes et un registre des achats.

Sachez néanmoins que vos frais professionnels (achat ou entretien du vélo, essence, etc.) seront à votre charge entière en micro entreprise.

Les démarches à accomplir pour devenir coursier

La création d’une entreprise individuelle

Créer une entreprise individuelle est très simple ! Vous avez deux possibilités pour effectuer les démarches de création d’entreprise :

  • Créez votre entreprise en ligne sur le site guichet-entreprises.fr ou sur le site auto-entrepreneur URSSAF si vous avez choisi le statut de micro-entrepreneur.
  • Remplir un formulaire papier de déclaration de début d’activité. Les formulaires correspondants sont :

Vous devrez envoyer ce formulaire accompagné des pièces justificatives nécessaires à votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent. Votre CFE compétent est la Chambre du Commerce et de l’Industrie (CCI).

Voici la liste des pièces justificatives :

  • Une copie de votre pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé prouvant que vous l’avez informé des conséquences des dettes professionnelles sur les biens communs ;
  • En cas d’option pour l’EIRL, joignez la déclaration d’affectation des biens affectés à votre activité professionnelle.

L’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) est obligatoire pour les livreurs. C’est le CFE qui s’occupera de cette démarche au moment de la création de votre entreprise.

La création d’une société unipersonnelle

La création d’une société comme une SASU ou une EURL est plus longue. Voici les étapes à suivre :

  • Établir des statuts permettant d’organiser le fonctionnement de la société ;
  • Procéder au dépôt du capital social sur un compte dédié ;
  • Publier un avis de constitution de la société dans un journal d’annonces légales.

Vous pouvez ensuite constituer votre dossier et l’envoyer à votre CFE compétent. Il devra contenir les documents suivants :

  • Le formulaire M0 SARL pour une EURL ou le formulaire M0 pour une SASU ;
  • Une copie de votre pièce d’identité ;
  • Le justificatif de domiciliation de votre société ;
  • Les statuts de votre société signés et datés ;
  • L’attestation de publication au sein du journal d’annonces légales ;
  • L’attestation de dépôt de fonds ;
  • Le formulaire de déclaration relatif aux bénéficiaires effectifs.

Quelques spécificités propres au métier de coursier

L’ouverture d’un compte bancaire

Vous devez ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité si votre chiffre d’affaires dépasse les 10 000€ annuels pendant 2 années consécutives.

Optez pour des néobanques en ligne pour réduire vos frais bancaires.

Les assurances pour les livreurs

Une assurance responsabilité civile professionnelle n’est pas obligatoire mais permet de garantir les dommages que vous pourriez causer à autrui (par exemple, en percutant un piéton).

De la même façon, pensez à renforcer votre protection sociale d’indépendant, bien différente de celle d’un salarié. Pour cela, n’oubliez pas de souscrire une mutuelle santé pour vous protéger si vous vous blessez pendant votre travail.

Enfin, si vous avez choisi de devenir coursier en voiture ou en scooter, vous devez obligatoirement assurer votre véhicule.

L’inscription au registre national des transporteurs

L’inscription au registre national des transporteurs est obligatoire dès que vous utilisez un véhicule motorisé (y compris un scooter).

Adressez-vous à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) de votre région ou à la DRIEA (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Équipement et de l’Aménagement) en Ile-de-France pour vous inscrire à ce registre. Il faudra justifier :

  • D’une attestation de capacité professionnelle en transport léger de marchandises. Elle s’obtient après une courte formation dont les frais sont à votre charge ;
  • D’une capacité financière : c’est une réserve d’argent affectée à un véhicule dont le montant varie selon le véhicule. Par exemple, 1 800€ sont exigés pour un deux-roues.

Une fois ces formalités accomplies, il ne vous reste plus qu’à enfourcher votre vélo et à postuler auprès des plateformes de livraison !

Tableau récapitulatif : devenir coursier

Spécialités Livreur Uber Eats, coursier médical, coursier à vélo, coursier en voiture…
Formation Aucune formation nécessaire
Rémunération moyenne 4 à 9€ la course selon les plateformes de livraison
Structure juridique recommandée EI ou EIRL avec option pour le régime de la micro entreprise
CFE compétent Commerçant Chambre du commerce et de l’industrie
Obligations Assurance professionnelle non obligatoire mais recommandée ; Inscription au registre national des transporteurs obligatoire pour les coursiers motorisés

Vous souhaitez découvrir d'autres fiches métiers ? Apprenez à devenir électricien.

Vous préférez les métiers du digital ? Regardez comment devenir webmaster.

Partager