Fiches métiers

Devenir électricien indépendant

Vous voulez vous lancer à votre compte comme électricien ? Vous avez bien raison ! Blank, la banque des indépendants vous guide pas à pas.

Julie Merrer
Publié le
10/3/21
Mis à jour le

Pour aller droit à l'essentiel

Le secteur du bâtiment vous intéresse et vous souhaitez vous lancer en tant qu'électricien indépendant ? Vous êtes au bon endroit : nous vous avons concocté une fiche métier complète pour vous y retrouver !

En quoi consiste le métier d'électricien ?

L'électricien est un artisan et un professionnel du bâtiment spécialisé dans les installations électriques. À ce titre, il peut être maneé à collaborer avec l'architecte, le peintre en bâtiment ou encore le plaquiste.
Il s'occupe de la pose, du branchement et de la mise en service du système électrique au sein d'une construction à neuf ou d'une rénovation.
Il est aussi appelé sur des opérations de dépannage et d'entretien des réseaux électriques. Son domaine d'intervention est large : téléphonie, système d'alarme, vidéosurveillance, informatique, chauffage, climatisation, domotique.

L’électricien peut se spécialiser dans l’électricité photovoltaïque. Il sera alors chargé de réaliser les travaux électriques nécessaires à la mise en service de panneaux solaires.

Zoom sur le secteur de l'électricité et de l’électronique

L’artisan électricien travaille en collaboration avec :

  • Le monteur-cableur chargé de la construction et de la réparation du matériel électrique ;
  • L'ingénieur d'affaires en génie électrique qui prépare le dossier technique d'un réseau électrique ;
  • Le chef de chantier en installations électriques, qui supervise la réalisation des travaux d'électricité.

L'électricien est souvent confondu avec l'électrotechnicien. Pour cause, l'électrotechnicien s'occupe également de l'installation électrique d'une construction. Toutefois, il est davantage spécialisé dans les équipements électriques pour le chauffage, l’éclairage ou l’alimentation des machines.

Les missions de l'électricien

Au quotidien, l'électricien installateur réalise les missions suivantes :

  • Il installe et met en service les équipements électriques ;
  • Il assurance le câblage des tableaux et armoires électriques ;
  • Il réalise des saignées pour dissimuler les câbles et les circuits électriques ;
  • Il assure la maintenance et le dépannage des installations défectueuses ;
  • Il localise les dysfonctionnements électriques.

Les compétences indispensables pour devenir électricien

L'électricien exerce un métier très technique. Il doit maîtriser certaines compétences pointues pour pratiquer son activité en toute sécurité.

  • Il sait lire et interpréter un schéma électrique et électronique ;
  • Il est capable d'élaborer un diagnostic et de localiser un dysfonctionnement ;
  • Il maîtrise l'utilisation de ses différents outils (multimètre numérique, testeur de tension...) ;
  • Il a de bonnes connaissances dans le domaine de la physique et de l'électronique ;
  • Il maîtrise les logiciels de GMAO (Gestion de maintenance assistée par ordinateur) ;
  • Il connaît et respecte les normes en vigueur et les règles de sécurité spécifiques à son activité.

Les qualités requises pour devenir électricien

Un bon électricien réunit plusieurs qualités :

  • La prudence et l'habileté : il est minutieux et veille à respecter les normes de sécurité ;
  • La capacité de travailler en équipe : il travaille en étroite collaboration avec différents professionnels du BTP.
  • Le sens de la communication : il doit être en mesure d'informer ses clients de l’avancée de son travail ;
  • Une bonne condition physique : il travaille souvent en hauteur et dans des positions parfois inconfortables ;
  • La polyvalence : il peut être amené à travailler sur différents types de chantiers.

Les études et différents parcours de formation pour devenir électricien

La profession d'électricien est réglementée ce qui implique qu'il est nécessaire de justifier d'une qualification professionnelle pour pouvoir exercer.

Devenir électricien grâce à la formation initiale

Le métier d'électricien est accessible après avoir préparé :

  • Un CAP Préparation et réalisation d’ouvrages électriques, en 2 ans après la classe de 3ème ;
  • Un bac professionnel (bac pro) ELEEC (électrotechnique, énergie, équipements communicants), un bac technologique Electrotechnique ou un bac technologique Métiers de l’électricité.

Il est possible de compléter sa formation avec un BTS Mécanique et automatismes industriels (MAI) (bac+2), un BTS Electrotechnique (bac +2) ou une Licence pro Automatismes industriels (bac +3).

Devenir électricien grâce à la formation continue

Vous êtes en situation de reconversion professionnelle et vous envisagez de devenir électricien ? Bonne nouvelle : le secteur du BTP est porteur et vous donnera la possibilité de développer une activité pérenne !

Sachez qu'il est possible de devenir électricien indépendant sans diplôme à la condition de pouvoir justifier une expérience professionnelle de trois années en lien direct avec le métier d’électricien.

Toutefois, il est vivement conseillé de préparer un diplôme afin d'acquérir les connaissances de base dans le domaine de l'électricité.

Certains organismes de formations sont spécialisés dans l'accompagnement des adultes en reconversion professionnelle. Par exemple, l'Afpa propose des formations pour devenir électricien sur une durée de 7 mois éligible au CPF.

N'hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller Pôle Emploi et à lui exposer votre projet de reconversion. Il saura vous proposer des formations adaptées à votre situation et à vos contraintes.

La rémunération de l'électricien

En début de carrière, un électricien gagne l'équivalent du S.M.I.C soit 1 539,42€ brut par mois (S.M.I.C. 2020). Un électricien plus expérimenté peut toucher entre 2000 et 2500€ brut par mois.

Lorsqu'il travaille à son compte, il peut espérer gagner entre 2500 à 4000€ par mois.

Les formes juridiques adaptées à une activité d'électricien indépendant

Pour exercer en tant qu'électricien indépendant, il vous faut choisir une forme juridique.

Plusieurs options s'offrent à vous :

  • L'EI (entreprise individuelle) est une forme juridique très facile à créer. Toutefois, elle ne protège pas le patrimoine personnel de l'indépendant.
  • L'EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) est une option accessible aux entrepreneurs individuels. Elle permet de protéger le patrimoine personnel de l’indépendant des créanciers professionnels. Une sécurité loin d'être superflue pour l'électricien qui doit souvent engager quelques frais (achat d'un véhicule, des outils...) pour lancer son activité.
  • Le régime de la micro entreprise est prisé des électriciens au début de leur activité. Les démarches comptables, fiscales et sociales sont allégées. Vous pouvez enfin vous concentrer sur l'essentiel : votre cœur de métier. Attention : votre chiffre d'affaires ne doit pas dépasser 72 600 € par an pour bénéficier du régime.
  • L'EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) et la SASU sont deux formes de sociétés unipersonnelles appréciées des électriciens qui ont déjà développé leur activité et qui souhaitent entreprendre seul.
  • La SARL (Société à responsabilité limitée) et la SAS (Société par actions simplifiée) sont deux options pertinentes pour les électriciens indépendants qui souhaitent s'associer.

Les démarches de création d'une entreprise individuelle ou d'une société en tant qu'électricien indépendant

Créer son entreprise individuelle en tant qu'électricien indépendant

Vous avez opté pour l'entreprise individuelle ? Bonne nouvelle : les démarches de création sont très simples !

Il vous suffit de remplir le ou les formulaires adaptés, à savoir :

Différentes pièces justificatives doivent être jointes au(x) formulaire(s), à savoir :

  • Une copie de votre pièce d’identité recto et verso avec votre signature et la mention “« Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. » ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois (bail, facture...).
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation. N'hésitez pas à utiliser le modèle de déclaration de non-condamnation mis en ligne par Infogreffe ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé. Cette déclaration atteste du fait que vous avez informé votre conjoint des conséquences des dettes contractées dans le cadre de votre profession sur les biens communs ;
  • Le formulaire JQPA (justification de qualification professionnelle artisanale) signé et complété.

Le dossier complet est ensuite déposé en ligne sur le site guichet-entreprises.fr.

Créer sa société en tant qu'électricien indépendant

La création d'une société unipersonnelle (EURL, SASU) ou associé (SARL, SAS, etc.) est plus complexe. En effet, vous devez obligatoirement :

  • Rédiger les statuts de la société : les statuts fixent les règles d'organisation de la société. Cette étape exige donc une certaine aisance juridique. Il est conseillé d'avoir recours à un professionnel du droit pour vous aider dans la rédaction de vos statuts.
  • Publier une annonce dans un journal d'annonces légales habilité dans votre département ;
  • Procéder au dépôt de capital ;
  • Constituer le dossier de création de la société puis l'envoyer à votre CFE.

Les formulaires à compléter pour créer votre société sont les suivants :

En tant qu'électricien indépendant, votre CFE est :

  CFE compétent Dépôt du dossier en ligne
Electricien indépendant qui emploie moins de 11 salariés Chambre des métiers et de l’artisanat https://www.cfe-metiers.com/accueil.aspx
Electricien indépendant qui emploie plus de 11 salariés Chambre de commerce et de l’industrie https://www.guichet-entreprises.fr/fr/

Le code APE de l'électricien indépendant

Le code APE est un code fourni par l'INSEE afin d'identifier l'activité principale d'une entreprise.

L'électricien indépendant est rattaché au code APE, parfois appelé code NAF, APE 4321 A : Travaux d'installation électrique dans tous locaux.

Les assurances professionnelles indispensables à l'électricien indépendant

Vous blessez un client pendant l'une de vos interventions, vous avez installé un compteur électrique mais celui-ci s'avère défaillant... Les risques sont nombreux lorsque l'on exerce en tant qu'électricien indépendant. Même si vous mettez un point d'honneur à proposer des prestations irréprochables, vous n'êtes pas à l'abri d'un incident ou d'un imprévu. Vous avez donc tout intérêt à vous protéger.

La loi impose à tous les électriciens, et plus généralement à tous les travailleurs du bâtiment qui exerce à leur compte, de souscrire aux assurances professionnelles suivantes :

La responsabilité civile professionnelle

La responsabilité civile professionnelle (ou RC pro) couvre les dommages corporels, matériels et immatériels causés à un tiers dans le cadre de votre activité professionnelle.

Imaginons que vous avez endommagé le plancher d'un de vos clients en procédant à la pose d'une prise électrique. Cette négligence a entraîné un dommage corporel (atteinte à une chose) à l'égard de votre client.

Votre responsabilité civile professionnelle est engagée. Vous devez réparer le dommage occasionné.

En souscrivant à une RC pro, vous n'assumez pas seul les conséquences financières de votre acte. C'est l'assurance qui prendra en charge l'indemnisation.

L'assurance décennale

La garantie décennale est une garantie due par les constructeurs à l'égard des maîtres d'ouvrages. Le maître d'ouvrage est la personne qui est à l'origine de la commande du chantier.

Cette assurance couvre l'ensemble des dommages qui affectent la solidité d'une construction ou la rendent inhabitable pendant 10 ans.

Cette assurance est obligatoire pour tous les travaux effectués en France. Il vous faudra remettre une attestation décennale à votre client avant de commencer le chantier. Cette attestation permet de prouver que vous avez bien souscrit à une assurance décennale.

Les spécificités fiscales, sociales et comptables de l'électricien indépendant

Le régime fiscal de l'électricien indépendant

Votre régime fiscal dépend de votre statut juridique.

Vous êtes imposé au titre de l'impôt sur le revenu si vous exercez sous l'entreprise individuelle, l'EIRL, le régime de la micro entreprise et l'EURL.

En revanche, si vous avez opté pour la SARL, la SASU ou la SAS, vos bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés.

Le régime social de l'électricien indépendant

En tant qu'électricien indépendant, vous payez des cotisations sociales afin d'accéder à une protection sociale.

  • Sous le régime de la micro entreprise, vous êtes affilié au régime général de la sécurité sociale. Vos cotisations sociales sont de 22% de votre chiffre d'affaires.
  • Sous l'EI, l'EIRL, l'EURL et la SARL, vous avez le statut de travailleur non-salarié (TNS). Vous êtes affilié à la SSI qui a fusionné avec le régime général de la sécurité sociale. Vos cotisations s'élèvent à environ 42%.
  • Sous la SASU et la SAS, vous avez le statut d'assimilé-salarié. Vous êtes affilié au régime général de la sécurité sociale. Toutefois, vos cotisations sont très importantes : comptez environ 80% de votre rémunération.

La comptabilité de l'électricien indépendant

La comptabilité de l'électricien indépendant dépend de son régime d'imposition.

La comptabilité de l'électricien indépendant sous le régime de la micro-entreprise

Les obligations comptables, sous le régime de la micro entreprise, sont ultra simplifiées.
L'électricien doit uniquement :

  • Tenir un livre des recettes, qui regroupe l'ensemble de ses encaissements par ordre chronologique ;
  • Tenir un registre des achats, qui regroupe l'ensemble de ses dépenses professionnels par ordre chronologique.

La comptabilité de l'électricien indépendant sous le régime normal simplifié d'imposition

Le régime normal simplifié d'imposition est accessible aux indépendants exerçant une activité commerciale ou artisanale (relevant des BIC) dont le chiffre d'affaires annuel ne dépasse pas :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services.

Les obligations comptables sont les suivantes :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat et annexe comptable abrégée).

La comptabilité de l'électricien indépendant sous le régime normal d'imposition

Le régime normal d'imposition s'applique automatiquement aux indépendants exerçant une activité commerciale ou artisanale (relevant des BIC) dont le chiffre d'affaires annuel dépasse :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services.

Ils devront tenir une comptabilité complète et s'acquitter des obligations comptables suivantes :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (compte de résultat, bilan comptable et annexes comptables complètes) ;
  • La production d’un inventaire des éléments d’actifs et de passifs tous les 12 mois.

Tableau récapitulatif :

L’électricien indépendant
Activité Artisan spécialiste des installations électriques au sein d’une construction.
Formation obligatoire Oui. Le métier d’électricien est réglementé. Il faut au minimum posséder un CAP électricien.
Assurances professionnelles obligatoires La responsabilité civile professionnelle L’assurance décennale
Formes juridiques conseillées Micro entreprise, EIRL, EURL et SASU si vous exercer seul SARL ou SAS si vous vous associez
CFE compétent La chambre de métiers et de l’artisanat si vous avez moins de 11 salariés. La chambre de commerce et de l’industrie si vous avez plus de 11 salariés.

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.

Ouvrir un compte
Carte Blank