Vous avez la "main verte" et vous êtes passionné par l'art floral ? Le métier de fleuriste indépendant peut vous intéresser ! Nous vous proposons cette fiche métier pour vous aider à vous lancer sereinement.

En quoi consiste le métier de fleuriste ?

Le fleuriste est un professionnel dont la mission est d'acheter, préparer, couper des fleurs, des plantes et des petits arbustes dans le but de les vendre à ses clients.
La plupart des fleuristes exercent une activité artisanale comme le pâtissier, le boulanger ou le menuisier. En effet, ils vendent des compositions florales qu'ils ont eux-mêmes élaborées à partir de matières premières achetées.
Toutefois, certains fleuristes se contentent d'acheter des fleurs et des plantes et de les revendre en l'état. Ils ne réalisent aucun travail de préparation et de création. Dans ce cas, ils effectuent une activité d'achat/revente. Ils ne sont pas considérés comme des artisans, mais comme des commerçants.

Soyez au clair avec la nature de votre activité avant de vous lancer : celle-ci à un impact sur votre statut juridique, votre régime social et fiscal.

Zoom sur le secteur d'activité de l'horticulture

Le fleuriste travaille en étroite collaboration avec d'autres professionnels des végétaux.

  • L'horticulteur cultive des végétaux (plantes, fleurs, arbres, arbustes) et veille à leur bon développement. Il peut se spécialiser en horticulture ornementale : il est alors chargé de produire des fleurs, plantes de plein air ou d'appartement ;
  • Le floriculteur est un professionnel spécialisé dans la culture et la commercialisation de fleurs ;
  • Le paysagiste est chargé de l'aménagement et de la mise en valeur des espaces verts (jardins publics et privés, parcs ...).

Les missions quotidiennes du fleuriste

Le fleuriste réalise plusieurs tâches au quotidien :

  • Il travaille avec les meilleurs horticulteurs et floriculteurs de sa région pour s'approvisionner en matière première ;
  • Il gère ses stocks de matières premières ;
  • Il réalise des compositions et arrangements floraux qu'il vend dans sa boutique ;
  • Il crée des décors floraux pour des événements particuliers (mariage, baptême, etc) ;
  • Il conseille sa clientèle pour les aider à entretenir et à conserver les plantes, et les renseigne sur le symbolisme des fleurs (signification de la couleur et de l'espèce).

Les compétences indispensables pour exercer en tant que fleuriste

Ne s'improvise pas fleuriste qui veut. Être fleuriste requiert des compétences précises, à savoir :

  • Une bonne connaissance de la botanique et de l'horticulture ;
  • La maîtrise des instruments de la caisse à outils du fleuriste (sécateur, couteaux, serpettes, épinoirs) ;
  • Une bonne connaissance de la signification symbolique des fleurs ;
  • La bonne gestion des stocks et des commandes (notamment lorsqu’il dispose d’un service de livraison) et de la comptabilité de son entreprise (lorsqu'il exerce en tant qu'indépendant).

Les qualités requises pour devenir fleuriste

  • Être créatif et avoir un sens esthétique développé pour créer des compositions florales originales ;
  • Être minutieux ;
  • Etre à l'écoute de ses clients pour satisfaire leurs envies et leurs besoins ;
  • Être en bonne condition physique pour être capable de supporter le port de charges lourdes ;
  • Être un bon commercial pour fidéliser sa clientèle.

Les études et formations pour devenir fleuriste

Devenir fleuriste sans diplôme

Sachez qu'il est possible d'exercer en tant que fleuriste sans aucun diplôme. En effet, cette profession n'est pas réglementée par la loi.

Toutefois, l'activité de fleuriste demande de maîtriser certaines compétences techniques pointues (notamment en botanique) ainsi que les techniques de vente. Il est donc essentiel de s’auto-former ou de suivre une formation dédiée.

Devenir fleuriste en formation initiale

Vous êtes collégien, lycéen ou étudiant et vous souhaitez vous former au métier de fleuriste ?

Voici les différentes possibilités de formation :

  • Suivre un CAP fleuriste d'une durée de deux ans. Ce CAP peut être complété par un Brevet professionnel fleuriste (BP) d'un durée d'un an.
  • Passer un BAC pro productions horticoles, option productions florales (niveau bac) ;
  • Poursuivre votre formation de fleuriste par un BTS design floral ou un BTS d'art floral (niveau bac +2).

Ces diplômes peuvent être préparés par la voie de l'apprentissage. En clair, vous alternez cours théoriques dans un CFA (Centre de Formation d’Apprentis) et pratique professionnelle en entreprise. Vous avez le statut d'apprenti et êtes lié à l’entreprise par un contrat d'apprentissage. Vous avez ainsi la possibilité de mettre en pratique vos connaissances, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage, tout en touchant une rémunération.

Devenir fleuriste en formation continue

Retourner sur les bancs de l'école à l'âge adulte n'est jamais simple. Certains organismes proposent une offre de formations dédiée aux adultes qui souhaitent se reconvertir en tant que fleuriste. Réalisable à distance ou en accélérée, vous trouverez la formule adaptée à vos contraintes et à vos besoins.

La chambre syndicale des fleuristes d'Ile de France a créé l'Ecole des fleuristes de Paris afin d'accompagner des adultes en situation de reconversion professionnelle dans leur apprentissage du métier de fleuriste.

Elle propose une formation pour adultes, sur une période de 4 semaines, pour apprendre les techniques de base de la fleuristerie.

Les formations en continue sont assez onéreuses. Renseignez-vous et n'hésitez pas à comparer les brochures des écoles qui vous intéressent. Certains cursus peuvent être financés par votre compte personnel de formation (CPF).
Vous êtes actuellement salarié et vous n'avez pas de temps libre pour vous former ? Sachez que vous avez le droit au compte personnel de transition (ex congé individuel de formation). Ce dispositif vous permet de vous absenter de votre poste pour suivre une formation tout en continuant de percevoir 80 à 90% de votre rémunération. Pour en bénéficier, vous devez satisfaire des conditions d'ancienneté, à savoir :

  • Une ancienneté de 24 mois, dont 12 mois au sein de votre entreprise, si vous êtes en CDI ;
  • Une ancienneté de 24 mois, dont 4 mois au sein de votre entreprise, si vous êtes en CDD.

Il vous faudra rencontrer un conseiller du Fongecif afin de délimiter votre projet professionnel et envoyer une demande écrite à votre employeur.

La rémunération du fleuriste

Le salaire du fleuriste salarié dépend de son niveau de qualification et de son expérience.

Selon le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ), un fleuriste salarié titulaire du CAP touche le S.M.I.C (1 539,42€ brut par mois en 2020) en début de carrière. Le salaire mensuel moyen constaté est de 2000€. Le salaire du fleuriste indépendant dépend de sa réputation et de sa capacité à fidéliser sa clientèle. Ses revenus peuvent atteindre 3 500€ par mois.

Les formes juridiques adaptées à une activité de fleuriste indépendant

Vous avez effectué une étude de marché et un business plan et vous êtes enfin prêt à vous lancer ? Avant d’ouvrir votre propre boutique de fleurs, il vous faudra choisir une forme juridique.

Voici les formes juridiques adaptées à une activité de fleuriste :

L'entreprise individuelle (EI)

Le statut de l'entreprise individuelle est apprécié des fleuristes pour sa facilité de création. Inutile de rédiger des statuts et de déposer votre capital social : il vous suffit de remplir le formulaire P0 et de rassembler quelques pièces justificatives.

Toutefois, il faut avoir en tête que votre patrimoine personnel n'est pas protégé dans le cadre d'une EI. En clair, cela implique que vos créanciers professionnels pourront saisir vos biens personnels, à l'exception de votre résidence principale, en cas de défaut de paiement de votre part.

L'entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)

Pour pallier cet inconvénient, vous pouvez créer une entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL). L'option pour l'EIRL vous permet de protéger votre patrimoine personnel. Vous établissez une déclaration d'affectation dans laquelle vous dédiez certains biens à votre activité. Vos créanciers professionnels pourront uniquement saisir les biens mentionnés dans la déclaration d'affectation.

En tant que fleuriste indépendant, vous pouvez être amené à réaliser de gros investissements pour lancer votre activité. L'option pour l'EIRL constitue un véritable filet de sécurité en cas de difficulté.

L'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

L'EURL est la forme unipersonnelle de la Société à Responsabilité Limitée (SARL). Cette forme juridique est idéale si vous envisagez de vous associer, celle-ci pouvant aisément basculer en SARL.

La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)

La SASU est très appréciée pour sa souplesse de fonctionnement. Comme pour l'EURL, elle peut facilement se transformer en Société par Actions Simplifiée (SAS) si vous souhaitez accueillir un associé. En outre, elle vous permet de bénéficier d'une couverture sociale avantageuse.

Le régime de la micro entreprise.

La micro entreprise n'est pas un statut juridique, mais un régime accessible aux entrepreneurs individuels et aux créateurs d'EURL. En tant que micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur), vous bénéficiez d'obligations comptables allégées. En outre, vous profitez des régimes micro fiscal et micro social.

Toutefois, vous devez faire face à deux contraintes notables :

  • Votre chiffre d'affaires ne doit pas dépasser 72 600€ pour les prestations de services artisanales et commerciales ;
  • Vous ne pouvez pas déduire vos charges professionnelles de votre chiffre d'affaires. Or, en tant que fleuriste, vous réalisez de nombreuses dépenses (aménagement de votre local ou achat d’un fonds de commerce, achat de matières premières auprès de grossistes...). Vous bénéficiez d'un abattement forfaitaire de 50% de votre chiffre d'affaires. À vous d'estimer si cet abattement couvre réellement vos frais professionnels.

Les démarches pour créer son entreprise ou sa société en tant que fleuriste indépendant

Créer une entreprise individuelle en tant que fleuriste indépendant

La création d’une entreprise individuelle est très simple. Il vous suffit de

  • Remplir et signer le formulaire adapté ;
  • Rassembler les pièces justificatives demandées.
  Formulaire(s) à compléter Pièces justificatives
Entreprise individuelle Formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*1 Copie de la pièce d’identité recto/verso signée avec la mention “« Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. ».
Entreprise individuelle sous le régime de la micro entreprise Formulaire P0 CMB micro-entrepreneur (cerfa n°15253*05) Justificatif de domicile de moins de 3 mois
Entreprise individuelle avec option pour l’EIRL Formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10) Formulaire P EIRL CM Déclaration sur l’honneur de non-condamnation (voir modèle de déclaration de non-condamnation mis en ligne par Infogreffe)
Attestation de notification au conjoint marié ou pacsé

Le dossier complet doit être envoyé à votre CFE, à savoir :

  • La chambre de métiers et de l’artisanat dans le cas où vous exercez une activité artisanale et que vous employez moins de 11 salariés https://www.cfe-metiers.com/accueil.aspx
  • La chambre de commerce et de l’industrie dans le cas où vous exercez une activité artisanale et que vous employez plus de 11 salariés ou que vous exercez uniquement une activité d’achat-revente.
    https://www.guichet-entreprises.fr/fr/

Créer une société en tant que fleuriste indépendant

Les démarches de création d’une société sont plus complexes.
En effet, il vous faudra :

  • Rédiger les statuts de votre société ;
  • Publier une annonce dans un journal d’annonces légales ;
  • Procéder au dépôt de capital ;
  • Constituer un dossier de création de votre société et l’envoyer au CFE compétent.

Les formulaires à compléter sont les suivants :

Exercer en tant que fleuriste franchisé

La franchise est un accord commercial par lequel un franchiseur concède à un franchisé un droit d'utilisation de son enseigne, de son image, de son savoir-faire et de ses procédés commerciaux contre une redevance.

Le franchiseur est l'entreprise qui propose un concept tandis que le franchisé est l'entreprise qui souhaite exploiter ce concept.

Exercer en tant que fleuriste franchisé peut être une solution intéressante. Vous bénéficiez de l'image de marque et la notoriété d'une grande enseigne tout en restant juridiquement indépendant.

Comment ouvrir une boutique de fleurs en franchise ?

Pour créer un magasin franchisé, il vous faut :

  • Choisir un réseau de franchise adapté à votre projet ;
  • Signer un contrat de franchise ;
  • Choisir une forme juridique et réaliser les démarches de création de votre entreprise.

Comment choisir son réseau de franchise en tant que fleuriste ?

Il existe plusieurs réseaux de franchise au sein du secteur de la fleur, comme :

  • Le Jardin des Fleurs ;
  • Monceau Fleurs ;
  • Au Nom de la Rose ;
  • Carrément Fleurs ;
  • Happy et Rapid’Flore.

Certains franchiseurs ont des exigences précises et imposent que :

  • Vous disposez d'un apport personnel minimum ;
  • Vous versez un droit d'entrée au moment de la signature du contrat de franchise. Un droit d'entrée est une somme forfaitaire versée en contrepartie du droit d'accès à l'enseigne.
  • Vous exploitez l'enseigne dans une zone géographique précise. Par exemple, certains franchiseurs ne souhaitent pas s'installer dans des communes de petite taille ;
  • Vous vous approvisionnez auprès du franchiseur ou des fournisseurs référencés.

Par exemple, selon l'Observatoire de la franchise, Monceau Fleurs exige un apport personnel minimum de 70 000€ ainsi qu'un droit d'entrée de 20 000€.

Prenez connaissance des exigences de votre franchiseur et veillez à vérifier sa rentabilité avant de signer un contrat de franchise.

Le régime fiscal, social et les obligations comptables du fleuriste indépendant

Le régime fiscal du fleuriste indépendant

Le fleuriste indépendant est assujetti :

  • À l’impôt sur le revenu s’il a opté pour l’entreprise individuelle (EI, EIRL et le régime de la micro entreprise) ou pour l’EURL ;
  • À l’impôt sur les sociétés s’il a opté pour la SASU, la SAS ou la SARL.

Sachez qu’il est possible, sous réserve de respecter certaines conditions, d’opter pour l’impôt sur les sociétés en EIRL et en EURL, et pour l’impôt sur le revenu en SASU, SAS et SARL.

Le régime social du fleuriste indépendant

Le régime social du fleuriste indépendant dépend de son statut juridique :

  • Le fleuriste micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) bénéficie du régime micro social. Il est affilié au régime général de la Sécurité sociale. Le montant de ses cotisations s’élèvent à 22% de son chiffre d’affaires.
  • Le fleuriste indépendant ayant créé une l’EIRL ou pour l’EURL est considéré comme un travailleur non-salarié (TNS). Il est affilié à la Sécurité sociale des indépendants (SSI) et paie environ 42% de cotisations sociales.
  • Le fleuriste indépendant ayant créé une SASU bénéficie du statut d’assimilé-salarié. Il est affilié au régime général de la sécurité sociale. En contrepartie, ses cotisations sociales sont de 80%.

La comptabilité du fleuriste indépendant

En tant que fleuriste indépendant, vos obligations comptables dépendent de votre régime d’imposition.

Les obligations comptables sous le régime micro BIC

Pour rappel, pour bénéficier du régime micro BIC, votre chiffre d’affaires annuel hors taxe ne doit pas dépasser :

  • 176 200€ pour les activités de vente de marchandises, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fourniture de logement non meublé ;
  • 72 600€ pour les activités de prestations de services artisanales et commerciales et professions libérales

Vos obligations comptables sont simplifiées : il vous suffit de tenir un livre des recettes ainsi qu’un registre des achats.

Les obligations comptables sous le régime réel simplifié d’imposition

Vous pouvez opter pour le régime réel simplifié d’imposition si votre chiffre d’affaires annuel hors taxe ne dépasse pas :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services commerciales et artisanales.

Vous serez alors tenu de :

  • Établir un livre-journal ;
  • Établir un grand-livre
  • Établir des comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat et annexe comptable abrégés).

Les obligations comptables sous le régime réel d’imposition

Ce régime s’applique automatiquement à partir du moment où votre chiffre d’affaires annuel dépasse :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services.

Vous pouvez opter pour ce régime si votre chiffre d’affaires est en deçà de ces seuils.

Le régime réel d’imposition impose la tenue d’une comptabilité complète, à savoir :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (compte de résultat, bilan comptable et annexes comptables complètes)
  • La production d’un inventaire des éléments d’actifs et de passifs tous les 12 mois.

Le code APE du fleuriste indépendant

Les fleuristes indépendants sont rattachés au code APE 4776Z Commerce de détail de fleurs.

Le fleuriste indépendant
Activité Imaginer et confectionner des entremets sucrés
Formation obligatoire Non. Le métier de fleuriste n’est pas réglementé. Toutefois, il est conseillé d’obtenir un CAP fleuriste pour acquérir les bases de la botanique et se former aux techniques de vente.
Rémunération moyenne La rémunération dépend de la réputation et de l’emplacement du fleuriste. Elle peut atteindre 3 500€ mensuel.
Formes juridiques conseillées EIRL, EURL et SASU si vous exercez seul SARL ou SAS si vous êtes associé
CFE compétent La chambre de métiers et de l’artisanat si vous avez moins de 11 salariés. La chambre de commerce et de l’industrie si vous avez plus de 11 salariés.
Partager