L’architecte allie technicité et créativité. Ce métier peut s’exercer en salarié dans une agence d’architectes mais aussi en indépendant sous différents statuts. Découvrez pas à pas comment devenir architecte indépendant dans cette fiche métier.

Qu’est-ce qu’un architecte ?

L’architecte est chargé de la réalisation d’un ouvrage de sa conception jusqu’à la réception des travaux. Il peut être amené à construire des bâtiments de types différents : des immeubles d’habitation, des centres de loisirs ou encore des friches industrielles. À ce titre, il collabore avec d'autres métiers du bâtiment comme le charpentier, le maçon ou encore le couvreur.

L’architecte d'intérieur s’attache uniquement à la conception et à l’aménagement des espaces intérieurs. Il joue sur les volumes ou la lumière pour aménager divers lieux de vie (hôtels, bureaux, appartements…). Il diffère d’un décorateur d’intérieur qui, comme son nom l'indique, s'occupe principalement de la décoration.

Zoom sur le secteur d’activité

Les métiers de l’architecture attirent un flux constant de candidats. Pour les architectes, l’insertion professionnelle des jeunes diplômés est satisfaisante notamment en raison de la sélectivité des études.

En revanche, les débouchés sont un peu plus faibles pour les architectes d’intérieur même si le domaine passionne de plus en plus les Français depuis quelques années.

Dans les deux cas, le métier d’architecte s’exerce aussi bien en indépendant dans un cabinet qu’en salarié dans une agence. Globalement, les cabinets d’architecture sont de petites structures employant moins de 5 salariés. Ils travaillent avec tous types de clients : administration, secteur privé, particuliers…

L’architecte peut également être amené à se spécialiser : architecte urbaniste, paysagiste, médiateur architectural, etc. Il existe aussi des ingénieurs-architectes.

Selon l’Ordre des architectes, on recense environ 29 900 architectes inscrits au tableau de l’Ordre au 1er janvier 2018.

Les missions quotidiennes de l’architecte freelance

Au quotidien, un architecte réalise différentes missions :

  • Étudier la faisabilité du projet ;
  • Réaliser un avant-projet ;
  • Dessiner les plans du projet ;
  • Prendre en compte les contraintes techniques et réglementaires mais aussi des demandes du client ;
  • Choisir les différentes entreprises intervenant dans les travaux ;
  • Effectuer la demande de permis de construire ;
  • Diriger les travaux, s’assurer de leur bon déroulement et tenir informé le client de l’avancée de ceux-ci.

À savoir : la différence entre maîtrise d’œuvre et maîtrise d'ouvrage

Le maître de l’ouvrage est en principe le client. C’est lui qui décide des grandes lignes à donner au projet. Le maître d’œuvre est le professionnel qui va réaliser la mission et à qui incombent les choix techniques (architecte, bureau d'études, etc.).

Les compétences pour devenir architecte

Le travail d'architecte nécessite un certain nombre de compétences techniques ! Voici les principales :

  • Des connaissances juridiques (notamment en droit de la construction et de l’urbanisme) ;
  • Des connaissances en design et histoire de l’art en architecture d’intérieur ;
  • Un bon coup de crayon pour dessiner tous les plans ;
  • Maîtrise des outils et logiciels de dessin assisté par ordinateur (CAO/DAO).

Les qualités requises pour devenir architecte

Avez-vous les qualités requises pour devenir architecte ? Voici les principales :

  • De la précision et de la rigueur : réaliser des plans nécessite une rigueur à toute épreuve. En effet, à quelques centimètres près, toute la conception du bâtiment peut se trouver faussée ! L’architecte doit donc être particulièrement méticuleux.
  • De la créativité : le métier d’architecte demande aussi d’être créatif. C’est encore plus vrai pour les architectes d’intérieur qui doivent posséder un certain sens artistique pour imaginer et aménager les espaces.
  • Un sens de l’adaptation : un chantier est rarement un long fleuve tranquille. De nombreux imprévus peuvent surgir au fil du temps. L’architecte doit donc savoir faire preuve de sang-froid et d’un bon sens de l’adaptation pour gérer toutes les situations !

Les études et formations pour devenir architecte

Devenir architecte

Exercer le métier d’architecte nécessite de longues études : comptez 6 années d’études.

La première étape est d’obtenir le Diplôme d'État d’Architecte (DEA) indispensable pour exercer. La formation dure 5 ans et octroie le grade de master.

Jusqu’en 2007, on parlait encore d’architecte DPLG (Diplômé Par Le Gouvernement). On parle maintenant de DEA.

Après le DEA, vous devrez également passer une habilitation qui vous autorise à exercer votre métier en libéral (et non comme simple salarié) : la HMONP (habilitation à la maîtrise d'œuvre en son nom propre). Elle vous permet aussi de vous inscrire à l’Ordre des architectes.

Les études d'architecture se déroulent dans une des vingtaines d’écoles d’architecture (ENSA) réparties sur le territoire.

La sélection se fait sur dossier et concours après le bac. Le bac recommandé pour devenir architecte est un bac scientifique (S). Impossible donc de devenir architecte sans le bac !

Devenir architecte d’intérieur

Exercer comme architecte d’intérieur ne nécessite pas forcément de posséder un diplôme particulier.

Néanmoins, le Conseil Français des Architectes d’Intérieur (CFAI) reconnaît uniquement certaines formations d’un niveau bac +4 ou bac +5 permettant d’accéder au titre d’architecte d’intérieur. Ces formations se déroulent dans des écoles publiques ou privées d’arts appliqués comme l’école Boulle, l’ENSAD ou encore Camondo.

Si vous souhaitez vous reconvertir comme architecte d’intérieur, il est possible d’envisager une validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE) dans les écoles recommandées par le CFAI.

La rémunération d’un architecte freelance

Le salaire moyen des architectes est d’environ 43 000€ brut par an selon la CIPAV. Par comparaison, le salaire moyen d’un architecte d’intérieur est d’environ 22 000€ brut par an.

Il existe des disparités notables de revenus selon la taille et la notoriété du cabinet. Se faire connaître est indispensable pour trouver ses premiers clients et lancer son activité !

Les différents statuts pour devenir architecte

L’architecte exerçant seul

Vous avez le choix entre 4 statuts juridiques :

  • L’entreprise individuelle (EI) : c’est la forme juridique la plus simple. Votre patrimoine personnel n’est pas protégé en cas de dettes professionnelles.
  • L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) : l’EIRL est une forme d’EI qui vous permet de protéger votre patrimoine personnel.
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) : l’EURL est une SARL à associé unique. Elle permet de bénéficier d’une responsabilité limitée à votre apport. Cette structure est en revanche un peu plus compliquée à gérer au quotidien qu’une entreprise individuelle.
  • La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) : la SASU est une structure souple permettant de limiter votre responsabilité. C’est une forme adaptée si vous envisagez de développer votre entreprise par la suite.

💡À savoir : l’EURL est la forme la plus répandue parmi les architectes souhaitant exercer leur activité seuls.

L’architecte micro-entrepreneur

Exercer comme architecte et micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) est tout à fait possible !

Vous serez assujetti à l’impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non-commerciaux (BNC). Vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 34% pour vos frais professionnels. En tant que profession libérale, vos cotisations sociales s’élèvent à environ 22% de votre chiffre d’affaires.

L’avantage d’exercer sous le régime du micro-entrepreneur est donc de bénéficier d’un régime micro-social et d’un régime micro-fiscal avantageux ainsi que d’une comptabilité simplifiée. En revanche, vous êtes limité par un plafond de chiffre d’affaires de 72 600€ brut annuel en 2020.

La création d’un cabinet d'architecture

Toutes les formes de sociétés civiles et commerciales sont possibles ou presque pour exercer la profession d’architecte !

Si vous souhaitez vous associer pour travailler à plusieurs, opter pour une forme de société peut être intéressant. Vous pouvez choisir :

  • Une SAS (Société par actions simplifiée) ;
  • Une SARL (Société à responsabilité limitée) ;
  • Les sociétés d’exercice libéral (SELAS, SELARL…) qui sont généralement des sociétés commerciales (SARL, SAS, SA ou SCA) spécialement dédiées à l’exercice d’une profession libérale.

💡À savoir : près de la moitié des architectes privilégient la SARL pour exercer leur activité.

Toutes les sociétés d’architecture sont encadrées par les règles suivantes :

  • Les titres de la société sont nominatifs ;
  • Plus de 50% du capital social et des droits de vote doivent être détenus par des architectes personnes physiques ou des sociétés d’architecture ;
  • Une personne morale non architecte ne peut pas détenir plus de 25% du capital social et des droits de vote (sauf si vous avez choisi la société d’exercice libéral).

Comment devenir architecte ? Les démarches pour créer son entreprise

La création d’une entreprise individuelle

Pour créer une entreprise d’architecture, vous devez :

Une fois votre déclaration complétée, incorporez les pièces justificatives nécessaire :

  • Une copie de votre pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé prouvant que vous l’avez informé (e) des conséquences des dettes professionnelles sur les biens communs ;
  • En cas d'option pour l’EIRL, vous devrez effectuer une déclaration d'affectation afin de déterminer les biens affectés à votre activité professionnelle.

Il ne vous reste plus qu’à envoyer votre dossier à votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE). En tant que profession libérale, votre CFE compétent est l’URSSAF.

La création d’une société

La création d’une entreprise individuelle d’architecture est relativement simple. Cependant, ce n’est pas le cas pour la création d’une société.

Voici les démarches à accomplir :

  • Rédiger des statuts ;
  • Procéder au dépôt du capital social ;
  • Choisir la domiciliation de votre société ;
  • Publier une annonce dans un journal d’annonces légales.

Les formulaires à remplir sont les suivants :

Les pièces justificatives nécessaires sont :

  • Une copie de votre pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domiciliation de votre société ;
  • Les statuts de votre société ;
  • L’attestation de publication au sein du journal d'annonces légales ;
  • L’attestation de dépôt de fonds ;
  • Le formulaire de déclaration relatif aux bénéficiaires effectifs.

Une fois constitué, votre dossier de création de société doit également être transmis à l’URSSAF.

Les spécificités liées au métier d’architecte

Le régime social des architectes

Dans la plupart des cas, les architectes sont des travailleurs non-salariés (TNS).

Ils peuvent, cependant, être assimilés-salariés dans certains cas. Par exemple, c’est le cas du président de la SAS/SASU ou du gérant minoritaire ou égalitaire d’une SARL.

Le régime fiscal des architectes

Les architectes peuvent être assujettis :

  • À l’impôt sur le revenu si vous êtes en entreprise individuelle (EI, EIRL, EURL…) ;
  • À l’impôt sur les sociétés si vous avez choisi une société (SA, SAS, SARL…).

Dans certains cas, il est parfois possible d’opter pour l’impôt sur les sociétés (par exemple, en EIRL et EURL).

Les architectes sont des professions libérales. Si vous choisissez l’impôt sur le revenu, vous serez imposés dans la catégorie des bénéfices non-commerciaux (BNC).

2 régimes fiscaux sont possibles :

  • Le régime des micro-BNC (ou spécial BNC) en dessous de 72 600€ de chiffre d’affaires brut annuel avec un abattement de 34% pour frais professionnels.
  • Le régime de la déclaration contrôlée au-delà de ce plafond ou sur option. Les frais professionnels sont déduits au réel.

La comptabilité d’un architecte

Si vous avez choisi le régime micro-BNC, vous aurez peu d’obligations comptables. Vous devez simplement tenir un livre des recettes et un registre des achats.

En revanche, le régime de la déclaration contrôlée vous impose de tenir une comptabilité de trésorerie. Vous devez :

  • Tenir un livre des recettes et des dépenses professionnelles ;
  • Tenir un registre des immobilisations et des amortissements.

Les obligations à remplir pour exercer comme architecte freelance

L’obligation de diplôme

L’activité d’architecte est réglementée. Il est donc impossible d’exercer en tant qu’architecte sans posséder le diplôme d’état d’architecte. De plus, l’exercice libéral nécessite l’habilitation HMONP.

⚠️ Ce n’est pas nécessaire si vous souhaitez devenir architecte intérieur car la profession n’est pas réglementée.

Les assurances professionnelles obligatoires

Pour exercer comme architecte, vous devez souscrire une assurance décennale qui couvrira les dommages compromettant la solidité de l’ouvrage ou qui le rendent impropre à sa destination.

Une assurance responsabilité civile professionnelle est également obligatoire. Chaque année, l’Ordre des architectes exige une attestation d’assurance pour contrôler cette obligation.

Les obligations déontologiques

L’architecte se doit aussi de respecter le Code de déontologie des architectes. Il a notamment les obligations suivantes :

  • S’acquitter de son devoir de conseil envers son client ;
  • Réaliser un contrat écrit pour chacune de ses missions ;
  • Ne pas se livrer à une concurrence déloyale entre confrères ;
  • Afficher ses tarifs clairement ;
  • Respecter les règles de l’art, etc.

Être architecte ou architecte d’intérieur nécessite de longues études mais le métier ouvre de belles perspectives professionnelles.

Tableau récapitulatif

Architecte Architecte d’intérieur
Activité Conception d’un ouvrage extérieur Réalisation de l’aménagement intérieur
Formation Profession libéral réglementée : DEA obligatoire Habilitation HMONP pour exercer en libéral Inscription à l’Ordre des architectes Profession libérale non-réglementée : Pas de diplôme obligatoire mais liste de formations recommandées donnant accès au titre d'architecte d'intérieur CFAI
Rémunération moyenne 43 000€ brut annuel 22 000€ brut annuel
Formes juridiques conseillées SARL (à plusieurs) ou EURL (seul)
CFE compétent Professions libérales : URSSAF
Assurances Responsabilité civile professionnelle et assurance décennale obligatoires
Partager