Le secteur du bâtiment vous intéresse ? Vous êtes habile de vos mains et vous avez le sens de l'esthétisme ? Le métier de carreleur est probablement fait pour vous !

Nous vous avons concocté une fiche métier complète pour répondre à toutes vos questions et vous aider à vous lancer en tant que carreleur indépendant.

En quoi consiste le métier de carreleur ?

Le carreleur, aussi appelé carreleur-mosaïque, est un artisan et professionnel du bâtiment spécialisé dans la pose de revêtements au sol, sur les murs et les façades d'une construction. Autrement dit, c'est lui qui habille le sol et les murs de votre maison ! Il peut être amené à collaborer avec l'architecte ou encore le peintre en bâtiment.

Le revêtement est généralement fait de carreaux en céramique, ou d'autres matières comme la faïence, la terre cuite, le marbre, l'ardoise ou le granit.

Zoom sur le secteur d'activité du bâtiment 

Sachez qu'il existe de nombreux métiers dans le secteur du bâtiment, et plus largement de l'artisanat, qui vous permettront d'exprimer votre créativité !

  • Le menuisier est spécialisé dans le travail du bois. Il réalise et assure la pose des portes, des boiseries et du parquet ;
  • L'ébéniste dessine et crée du mobilier d'art ou fonctionnel à partir de bois précieux ;
  • Le peintre décorateur peint et décore le sol et les murs d'une construction.

Les missions quotidiennes du carreleur

Les journées du carreleur sont bien remplies. Au quotidien, il assure les missions suivantes :

  • Il prépare les surfaces de pose ;
  • Il définit un plan de pose : il réfléchit à la manière dont il va agencer les carreaux, prend toutes les mesures nécessaires et accorde son travail avec celui d'autres artisans, comme le chauffagiste, le plombier et le peintre ;
  • Il coupe les tablettes afin qu'elles soient adaptées à la surface à couvrir ;
  • Il réalise la pose du revêtement ;
  • Il effectue les opérations de finition nécessaires après la pose (pose des joints...)

Les compétences indispensables pour devenir carreleur

Un carreleur doit réunir plusieurs compétences pour être efficace dans son travail :

  • Il connaît les différentes techniques de pose de revêtement ;
  • Il sait lire un plan 2D et 3D ;
  • Il a une bonne connaissance des propriétés des matériaux qu'il utilise (isolation phonique, étanchéité ..) ;
  • Il sait utiliser les différents outils et instruments de son métier (règle, fil à plomb, équerre...) ;
  • Il dispose de bonnes notions de maçonnerie ;
  • Il connaît et respecte les différentes normes de sécurité et d'hygiène ;
  • Il a des compétences en gestion et sait établir un devis, une facture et gérer un budget.

Les qualités requises pour exercer en tant que carreleur

Le carreleur doit également posséder des qualités spécifiques pour exercer en tant que carreleur :

  • Il est précis et minutieux ;
  • Il a une grande habileté manuelle ;
  • Il a un sens esthétique prononcé et un goût pour la décoration intérieure ;
  • Il a une bonne condition physique : il est capable de travailler en position agenouillée pendant plusieurs heures et n'est pas sensible au vertige ;
  • Il a des bonnes qualités relationnelles et a le goût du travail en équipe.

Comment devenir carreleur ? 

Devenir carreleur sans diplôme : est-ce possible ?

La profession de carreleur est réglementée. Vous devez obligatoirement être diplômé ou justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans en lien direct avec le métier de carreleur pour obtenir la qualité d’artisan ou d’ouvrier professionnel. 

Devenir carreleur grâce à la formation initiale

Le métier de carreleur est accessible après avoir préparé un certificat d'aptitude professionnelle (CAP) carreleur-mosaïste. Le CAP carreleur se prépare en deux ans après la classe de troisième.

Il est judicieux de poursuivre son apprentissage en préparant un brevet professionnel carreleur-mosaique (niveau bac) ou un bac pro aménagement et finition du bâtiment (niveau bac). Vous pouvez compléter votre formation, accéder à de meilleurs débouchés, prétendre à une meilleure rémunération et à des postes à plus haute responsabilité, en préparant :

  • Un BTS aménagement finition (bac +2) ;
  • Un BTS bâtiment (bac +2).

Devenir carreleur grâce à la formation continue

Vous êtes en situation de reconversion professionnelle et vous souhaitez vous diriger vers le métier de carreleur ?

Le réseau GRETA propose une formation afin d'obtenir le titre professionnel de carreleur. Le cursus vous permet de bénéficier d'une première expérience en entreprise en alternant apprentissage théorique et pratique. Cette formation est éligible au compte personnel de formation (CPF).

Le réseau GRETA est un groupement d'établissements spécialisés dans la formation pour adultes. N'hésitez pas à contacter le réseau le plus proche de chez vous afin de prendre connaissance de leur catalogue de formations.

La rémunération du carreleur

En début de carrière, vous êtes amené à gagner l'équivalent du S.M.I.C, soit 1554,58€ brut par mois. Le salaire évolue en cours de carrière et peut atteindre les 2500€ brut par mois. En tant que carreleur indépendant, vous pouvez espérer gagner jusqu'à 4000€ par mois.

Les formes juridiques adaptées à une activité de carreleur indépendant

En tant qu’indépendant vous pouvez opter pour :

  • L'entreprise individuelle avec option pour l'EIRL si vous souhaitez protéger votre patrimoine personnel ;
  • La société unipersonnelle (la SASU ou l'EURL) si vous entreprenez seul ;
  • La société en associés, comme la SARL ou la SAS, si vous souhaitez vous associer ;
  • Le régime de la micro entreprise.

L'EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée)

L'EIRL est une option avantageuse pour le carreleur car celle-ci lui permet de dissocier son patrimoine personnel de son patrimoine professionnel. En clair : il établit une déclaration d'affectation du patrimoine dans laquelle il dédie certains de ses biens à son activité. Ses créanciers professionnels pourront uniquement saisir les biens inclus dans cette déclaration.

Néanmoins, contrairement au régime de la micro entreprise, le carreleur sera tenu d’émettre des livres comptables et d’établir des comptes annuels. 

La société

Il est conseillé d’opter pour une forme juridique sociétaire lorsque le carreleur a une activité suffisamment développée ou qu’il a l’ambition de développer une structure importante en collaboration avec un ou plusieurs associés.

  • L'entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) et la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) sont adaptées si vous souhaitez créer votre société seul. En effet, ces deux formes juridiques peuvent aisément basculer en société à responsabilité limitée (SARL) ou en société par actions simplifiées (SAS) si vous souhaitez accueillir un ou plusieurs associés.
  • La SARL et la SAS permettent de vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale à plusieurs !

Le régime de la micro entreprise

Le régime de la micro entreprise peut être une option intéressante pour le carreleur indépendant qui débute son activité. Ce régime lui permet de bénéficier d'obligations comptables simplifiées ainsi que des régimes micro social et micro fiscal. 

De plus, les formalités de créations sont simples et rapides. Son patrimoine personnel n'est cependant pas protégé : ses créanciers professionnels pourront saisir ses biens, à l'exception de sa résidence principale, en cas de difficulté de paiement. Par ailleurs, l’accès au régime de la micro entreprise est limité à des plafonds de chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires annuel hors taxe ne doit pas dépasser 72 600€ par an pour les prestations de service artisanal. 

Les démarches pour créer une entreprise individuelle ou une société en tant que carreleur

Créer son entreprise individuelle en tant que carreleur indépendant

Les formalités pour créer son entreprise spécialisée dans le bâtiment se font en ligne sur le site guichet-entreprises.fr.

Pour créer votre entreprise individuelle, il vous faut compléter et signer le formulaire correspondant au régime que vous avez choisi, à savoir :

Entreprise individuelle Entreprise individuelle sous le régime de la micro entreprise Entreprise individuelle avec option pour l’EIRL
Formulaire(s) à compléter Formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10) Formulaire P0 CMB micro-entrepreneur(cerfa n°15253*05) Formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10) Formulaire P EIRL CM (cerfa n°14215*04)

Vous devez ensuite réunir un certain nombre de pièces justificatives :

  • Un justificatif de domicile datant de moins de 3 mois (bail, facture) ou la copie de votre bail commercial si votre entreprise est domiciliée au sein d'un local commercial ;
  • La copie de votre pièce d'identité recto/verso signée et accompagnée de la mention « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. » ;
  • Une déclaration sur l'honneur de non-condamnation dans laquelle vous attestez n'avoir jamais fait l'objet d'une interdiction de gérer une entreprise ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé dans laquelle vous certifiez avoir informé votre conjoint des conséquences des dettes contractées dans le cadre de votre profession sur les biens communs.

Créer sa société en tant que carreleur indépendant

La création d'une société (EURL, SASU, SARL, SAS, SA...) passe par la réalisation de 4 étapes :

  • La rédaction des statuts de la société ;
  • La publication d'une annonce au sein d'un journal d'annonces légales ;
  • Le dépôt de capital auprès d'un dépositaire agréé comme Blank ;
  • La constitution de votre dossier de création.

Votre dossier de création de société doit comporter le formulaire M0 SARL si vous créez une EURL ou une SARL ou le formulaire M0 si vous créez une SASU ou une SAS.

Les assurances professionnelles indispensables pour exercer en tant que carreleur indépendant

À l'instar de tous les professionnels du bâtiment, le carreleur indépendant doit souscrire à plusieurs assurances professionnelles obligatoires pour protéger son activité.

  • La responsabilité civile professionnelle (RC Pro) est obligatoire en tant que carreleur indépendant. Elle vous permet de couvrir les dommages causés à autrui dans le cadre de votre activité professionnelle. 

Exemple : un client se blesse grièvement en trébuchant sur du carrelage qui a été mal posé.

  • L'assurance décennale couvre la réparation des dommages qui compromettent la solidité d’un ouvrage ou le rendant impropre à sa destination. 

Exemple : infiltrations à travers les joints.

En règle générale, elles sont intégrées à une assurance plus globale : l'assurance multirisque.

Le régime fiscal et social du carreleur indépendant

Le régime fiscal du carreleur indépendant

  • Sous l'entreprise individuelle, vos bénéfices sont assujettis à l'impôt sur le revenu. En cas d'option pour l'EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée), vous pouvez choisir entre l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés.
  • Sous le régime de la micro entreprise, vous êtes taxé au titre de l'impôt sur le revenu. Vous ne pouvez pas déduire vos charges de votre chiffre d'affaires. Toutefois, vous bénéficiez d'un abattement forfaitaire pour frais professionnels à hauteur de 50% de votre chiffre d'affaires.
  • Avec l'EURL, vous êtes imposé à l'impôt sur le revenu avec possibilité d'opter pour l'impôt sur les sociétés et pour le régime de la micro entreprise.
  • Dans le cadre de la SASU, de la SARL et de la SAS, les bénéfices sont imposés au titre de l'impôt sur les sociétés.

Le régime social du carreleur indépendant

En principe, le carreleur indépendant a le statut de travailleur non-salarié (TNS), sauf s'il exerce en tant que président d'une SASU ou d'une SAS ou gérant minoritaire ou égalitaire d’une SARL. Dans ce cas, il bénéficie du statut d'assimilés-salariés.

Les informations clés

Carreleur indépendant
Activité Artisan spécialisé dans la pose de revêtements sur les façades, sols et murs d'une construction.
Formation obligatoire Oui. La profession de carreleur est réglementée. Il peut toutefois exercer en tant qu’indépendant s’il justifie d’une expérience professionnelle d’au moins 3 ans au lien direct avec le métier de carreleur
Assurances professionnelles obligatoires La responsabilité civile professionnelle L’assurance décennale
Code NAF/APE Code NAF 4333Z travaux de revêtements des sols et des murs
CFE compétent La chambre de métiers et de l’artisanat si vous avez moins de 11 salariés. La chambre de commerce et de l’industrie si vous avez plus de 11 salariés
Partager