Vous êtes doué pour la photo ? Vous aimez passer du temps à chercher le bon angle et la bonne luminosité pour réaliser un cliché ? Le métier de photographe peut vous intéresser ! Blank fait le point sur tout ce qu'il faut savoir pour se lancer en tant que photographe freelance dans cette fiche métier.

En quoi consiste le métier de photographe ?

Le photographe professionnel est à la fois un artiste et un technicien. Il maîtrise les techniques de la photographie pour mettre en valeur un modèle, un paysage, capturer un moment de vie, faire passer un message ou une idée.

Il travaille en studio ou à l’extérieur et peut se spécialiser dans différents domaines comme :

  • La photographie de mode ;
  • La photographie artistique ;
  • La photographie de mariage ;
  • La photographie de portrait ;
  • La photographie publicitaire ;
  • La photographie de presse, de reportage ;
  • La photographie animalière.

Zoom sur le secteur d'activité de la photographie

Le domaine de la photographie est vaste. En fonction de sa spécialisation, le photographe professionnel peut être :

  • Un photographe-auteur ou photographe d’art : il exerce une activité artistique et réalise des clichés originaux pour des expositions ou des publications. Il laisse libre court à sa créativité et à son sens artistique.
  • Un photographe de presse ou photographe reporter : il réalise des photographies pour la presse papier, en ligne ou pour des agences de presse. Il collabore avec un journaliste, ou rédige lui-même les articles. Dans ce cas, il exerce le métier de photo-journaliste.
  • Un photographe-illustrateur ou photographe-artisan : il réalise des photographies conformes aux exigences de ses clients. Sa part de créativité est plus réduite, car il doit respecter des directives précises. C'est notamment le cas du photographe de mariage et du photographe portraitiste.

Les missions quotidiennes du photographe

Les missions du photographe varient selon sa spécialisation. Un photographe de presse n'effectuera pas les mêmes tâches qu'un photographe de mode, qu’un photographe de portrait ou qu'un photographe-auteur.

Un certain nombre de missions sont communes à tous les professionnels de la photographie, à savoir :

  • La préparation et la réalisation de la prise de vue : le photographe adapte les réglages de son appareil-photo, sélectionne les objectifs qu'il souhaite utiliser, choisit l'éclairage, l'angle et le cadrage ;
  • La retouche des photographies pour retravailler les couleurs, la netteté et les contrastes ;
  • Le tirage des photos ;
  • La vente des clichés.

Les compétences indispensables pour exercer en tant que photographe

Tout le monde est capable de prendre une photographie. Tenir un appareil-photo et appuyer sur son déclencheur est à la portée de tout le monde. Alors qu’est-ce qui différencie un photographe amateur d’un professionnel ?

Un photographe professionnel doit posséder des compétences précises pour exercer.

  • Il connaît les techniques de la photographie (règle des tiers, composition, profondeur des champs, exposition...) ;
  • Il maîtrise son matériel (boîtier photographique, objectifs...) ;
  • Il maîtrise les logiciels de retouche photo comme Photoshop et Lightroom.

Les qualités requises pour devenir photographe

Un photographe professionnel doit réunir les qualités suivantes :

  • Avoir une sensibilité artistique, notamment lorsqu'il est photographe-auteur
  • Avoir le sens de l'observation et du détail ;
  • Avoir de bonnes capacités relationnelles ;
  • Faire preuve de patience et de discrétion.

Les études et formations professionnelles pour devenir photographe

La profession de photographe n'est pas réglementée. Autrement dit, vous n'avez pas besoin d'avoir un diplôme pour pouvoir exercer ce métier.

Toutefois, si vous n'avez pas l'âme d'un autodidacte, mieux vaut suivre une formation pour acquérir les techniques de base de la photographie.

Devenir photographe professionnel grâce à la formation initiale

Vous êtes collégien, lycéen ou étudiant et vous souhaitez devenir photographe professionnel ? Vous pouvez opter pour une formation de photographe courte en passant un CAP photographie. Le CAP se prépare sur deux années, après la classe de 3ème, dans un CFA ou dans un lycée professionnel. Vous pouvez compléter ce cursus en passant un Bac professionnel photographie pour consolider vos connaissances.

Dans l'idéal, il est conseillé d'effectuer un BTS photographie (bac +2) après un bac général (de préférence scientifique), puis d'intégrer une école spécialisée. L'ENSP (École nationale supérieure de la photographie) et l'École nationale supérieure Louis-Lumière figurent parmi les écoles les plus prisées des apprentis photographes. Accessibles sur concours après un bac +2, elles proposent des formations de niveau master (Bac +5).

N’hésitez pas à choisir des formations qui proposent d’effectuer un stage en fin de cursus. Les photographes stagiaires ont l’avantage de découvrir la réalité du métier tout en mettant en pratique et perfectionnant leur connaissance.

Devenir photographe professionnel grâce à la formation continue

Vous êtes en situation de reconversion professionnelle et vous souhaitez devenir photographe professionnel ? Certaines écoles, comme l'École des Gobelins et l'INA (Institut national de l'audiovisuel), délivrent des formations spécialisées dans l'apprentissage de la photographie éligible au CPF (Compte personnel de formation).

Pour rappel, en tant que salarié, vous bénéficiez du dispositif CPF. Ce dispositif vous permet de financer vos formations en photographie. Vous profitez de 500€ par année de travail dans la limite d'un plafond de 5000€.

Vous pouvez également choisir d’effectuer un stage d’initiation à la photographie pour apprendre les bases du métier.

La rémunération du photographe

Il est très difficile d'évaluer le salaire d'un photographe. En effet, sa rémunération est très variable selon son secteur, sa spécialisation, son expérience et sa réputation. C'est souvent le cas des professions de l'image comme peut l'être le graphiste ou le webdesigner, par exemple.

En tant que débutant titulaire d'un CAP ou d'un Bac pro photographie, le photographe touche l'équivalent du S.M.I.C soit 1 539,42€ (S.M.I.C 2020).

Les formes juridiques adaptées à l’activité de photographe freelance

Choisir son statut en tant que photographe-auteur

Le photographe-auteur exerce une activité artistique. Il fait preuve de créativité et réalise des photographies originales. Il n'est pas soumis aux exigences de ses clients potentiels et n'est pas contraint de respecter un cahier des charges.

Il bénéficie d'un statut particulier : le statut d'artiste-auteur. Le photographe-auteur ne peut opter ni pour le régime de la micro entreprise ni pour la forme juridique de la société pour exercer son activité. En revanche, il a l'obligation de déclarer ses droits d'auteur à l'URSSAF.

💡 il est tout à fait possible de cumuler une activité de photographe-auteur et de photographe-illustrateur.

Choisir son statut en tant que photographe-illustrateur

Contrairement au photographe-auteur, le photographe-illustrateur doit choisir une forme juridique pour exercer à son propre compte.

L'entreprise individuelle / L'entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) ;

Les démarches de création d'une entreprise individuelle sont simplifiées.

En optant pour l'EIRL, le photographe sépare son patrimoine personnel de son patrimoine professionnel. Ses biens personnels ne pourront pas être saisis par ses créanciers en cas de faillite.

Le régime de la micro entreprise ;

La micro entreprise est un régime très apprécié par les indépendants au début de leur activité. Il est particulièrement adapté au photographe qui souhaite vendre ses photos sans être encombré par les complexités administratives. Exit les comptes annuels et les autres lourdeurs comptables, les obligations comptables sont ultra simplifiées. Une source de stress en moins pour les indépendants qui peuvent alors se concentrer sur l'essentiel : leur cœur de métier.

Pour bénéficier du statut de micro entrepreneur (ex statut d’auto-entrepreneur) en tant que photographe, le chiffre d'affaires annuel hors taxe ne doit toutefois pas dépasser 72 600€.

La société

La société est une forme juridique intéressante pour les photographes freelances qui ont déjà développé leur activité.

L'Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) et la SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelles) sont adaptées aux indépendants qui souhaitent entreprendre seuls. En cas d'association, il faudra opter pour une société comme la SARL (Société à responsabilité limitée) ou la SASU.

Les démarches de création d'une entreprise individuelle ou d'une société en tant que photographe

Créer une entreprise individuelle en tant que photographe freelance

Les formalités pour créer une entreprise individuelle s'effectuent en ligne via le site https://www.guichet-entreprises.fr/fr/.

Il convient de remplir le formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10) et de transmettre les pièces justificatives suivantes :

  • une copie de votre pièce d'identité, recto/verso, avec la mention « Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. » ;
  • Un justificatif de domicile daté de moins de 3 mois (bail, facture) ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation dans laquelle vous attestez n’avoir jamais fait l'objet d'une interdiction d’exercer une activité commerciale ou de gérer une entreprise ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé où vous attestez avoir informé votre conjoint des conséquences des dettes contractées dans le cadre de votre profession sur les biens communs.

L'option pour l'EIRL : L'entrepreneur individuel à responsabilité limitée

En cas d'option pour l'EIRL, il faudra compléter un second formulaire : le formulaire P EIRL CM (cerfa n°14215*04).

L'option pour le régime de la micro entreprise

En cas d'option pour le régime de la micro entreprise, Il vous faudra alors compléter le formulaire P0 CMB micro-entrepreneur (cerfa n°1525305) à la place du formulaire formulaire P0 CMB (cerfa n°1167610).

Déclarer son activité en tant que photographe-auteur

Pour déclarer son activité en tant que photographe-auteur, il vous faudra remplir le formulaire P0 PL (cerfa n°11768*07) et veiller à cocher l'option "artiste-auteur" au niveau de l'encadré n°1.

Créer une société en tant que photographe freelance

Pour créer votre société en tant que photographe freelance, il vous faudra respecter 4 étapes :

  • La rédaction des statuts ;
  • La publication d'une annonce dans un journal d'annonces légales (JAL) habilité au sein de votre département ;
  • Le dépôt de capital social ;
  • La constitution du dossier de création de société et l'envoi au CFE.

👉 Le formulaire à remplir pour créer une SARL ou une EURL est le formulaire cerfa 1168006
👉 Le formulaire à remplir pour créer une SASU ou une SAS est le formulaire cerfa 1395907

Le centre de formalités des entreprises (CFE) compétent est :

CFE compétent Dépôt du dossier en ligne
Photographe-illustrateur qui emploie moins de 11 salariés Chambre des métiers et de l’artisanat https://www.cfe-metiers.com/accueil.aspx
Photographe-illustrateur qui emploie plus de 11 salariés Chambre de commerce et de l’industrie https://www.guichet-entreprises.fr/fr/

Le code APE (ou code NAF) du photographe freelance

En tant que photographe indépendant, vous êtes rattaché au code APE ou NAF 7420Z "Activités photographiques"

Les spécificités sociales, fiscales et comptables du photographe freelance

Les spécificités fiscales et sociales du photographe-auteur

Le régime fiscal du photographe-auteur

Le photographe-auteur est imposé au titre de l'impôt sur le revenu lorsqu’il déclare directement ses revenus dans la catégorie bénéfices non commerciaux.

Le régime social du photographe-auteur

Il est affilié à la Sécurité sociale des artistes-auteurs. Le montant de ses cotisations sociales s'élèvent à environ 17% du chiffre d’affaires majoré de 15%.

Les spécificités fiscales et sociales du photographe-illustrateur

Le régime fiscal du photographe-illustrateur

Le régime fiscal du photographe illustrateur dépend de son statut juridique.

Il est assujetti :

  • A l’impôt sur le revenu lorsqu'il exerce sous l’entreprise individuelle (EI, EIRL et le régime de la micro entreprise) ou sous l’EURL ;
  • A l’impôt sur les sociétés s’il a opté pour la SASU, la SAS ou la SARL.

Le régime social du photographe-illustrateur

  • Le photographe-illustrateur sous le régime de la micro entreprise bénéficie du régime micro social. Il dispose d'une couverture sociale car il est affilié au régime général de la Sécurité sociale. Ses cotisations sociales sont de 22% de son chiffre d'affaires ;
  • Lorsqu'il exerce sous l'EIRL, une EURL ou une SARL, le photographe-illustrateur a le statut de travailleur non-salarié (TNS). Affilié à la SSI (fusionné au régime général de la sécurité sociale), le montant de ses cotisations sociales est d'environ 42%.
  • Lorsqu'il exerce sous la forme de la SASU ou de la SAS, il a le statut d'assimilé-salarié. Il est affilié au régime général de la sécurité sociale et ses cotisations sociales sont de 80%.

Tableau récapitulatif du régime social et fiscal du photographe en fonction de sa spécialisation

Régime social Régime fiscal
Photographe-auteur Régime de l’artiste-auteur Affiliation à la Sécurité sociale des artistes-auteurs Cotisations sociales : 17% du chiffre d’affaires majoré de 15% Impôt sur le revenu
Photographe-illustrateur Micro-entreprise : régime micro social : Cotisations sociales : 22% EI, EIRL, EURL ou SARL : travailleur non-salarié. Cotisations sociales : 42% SAS et SASU : assimilé-salarié Cotisations sociales : 80% Impôt sur le revenu sous l’entreprise individuelle (EI, EIRL et le régime de la micro entreprise) ou sous l’EURL Impôt sur les sociétés sous la SASU, la SAS et la SARL.


Régime d’imposition Conditions d’accès Obligations comptables
Régime micro BIC 1ère condition : Vous êtes sous le régime de la micro-entreprise 2ème condition : Vos bénéfices relèvent des BIC 3ème conditions : Votre chiffre d’affaires annuel hors taxe ne dépasse pas : 176 200€ pour les activités de vente de marchandises, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fourniture de logement non meublé 72 600€ pour les activités de prestations de services artisanales et commerciales et professions libérales La tenue d’un livre de recettes La tenue d’un registre des achats
Régime réel simplifié d’imposition Votre chiffre d’affaires annuel hors taxe ne doit pas dépasser les plafonds suivants : 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ; 247 000€ pour les prestations de services. La tenue d’un livre-journal La tenue d’un grand-livre L’établissement des comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat et annexe comptable abrégée).
Régime réel d’imposition Il n’y a pas de conditions d’accès. Vous pouvez opter librement pour le régime réel d’imposition. Celui-ci s’applique automatiquement si votre chiffre d’affaires annuel dépasse : 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ; 247 000€ pour les prestations de services. La tenue d’un livre-journal ; La tenue d’un grand-livre ; L’établissement des comptes annuels (compte de résultat, bilan comptable et annexes comptables complètes) La production d’un inventaire des éléments d’actifs et de passifs tous les 12 mois.

Tableau récapitulatif :

Le photographe indépendant
Activité Réalise des clichés de qualité professionnelle.
Formation obligatoire Non. Le métier de photographe n’est pas réglementé.
Code APE APE ou NAF 7420Z "Activités photographiques"
Formes juridiques conseillées Micro entreprise, EIRL, EURL et SASU si vous exercez seul SARL ou SAS si vous vous associez
CFE compétent Pour le photographe-auteur : l’URSSAF Pour le photographe illustrateur : La chambre de métiers et de l’artisanat si avez moins de 11 salariés. La chambre de commerce et de l’industrie si vous avez plus de 11 salariés.
Partager