Fiches métiers

Devenir serrurier

Vous voulez devenir serrurier à votre compte ? Ouvrir votre propre serrurerie ? C'est possible, il faut juste bien s'y prendre. On vous explique tout ici !

Julie Merrer
Publié le
12/3/21
Mis à jour le

Pour aller droit à l'essentiel

Vous êtes attiré par le secteur de l'artisanat et vous souhaitez en savoir plus sur le métier de serrurier ? Vous êtes au bon endroit ! Blank fait le point sur tout ce qu'il faut savoir pour devenir serrurier dans cette fiche métier.

En quoi consiste le métier de serrurier ?

Le serrurier est un artisan spécialisé dans la transformation du métal. Il peut exercer en tant que serrurier dépanneur ou serrurier-métallier.

Clé perdue, porte claquée, serrure cassée... C'est le serrurier-depanneur qui prête main forte aux particuliers qui se retrouvent dans ces situations délicates.

Lorsqu'il est spécialisé en serrurerie-métallerie, il exerce essentiellement sur des chantiers de construction. Il est amené à travailler sur de nombreux supports métalliques (fenêtres, vérandas, balcons...).

Le serrurier peut être amené à travailler avec d'autres artisans tels que le menuisier ou encore des métiers comme les architectes.

Le secteur d'activité qui entoure le métier de serrurier

Le serrurier évolue dans le secteur de l'artisanat. Le serrurier peut se spécialiser dans la ferronnerie d'art. Son cœur de métier consiste à créer des pièces à partir du métal, le plus souvent de l'acier. Il réalise des portails, des pergolas, du mobilier d'intérieur et travaille en étroite collaboration avec un architecte ou un décorateur d'intérieur.

Après plusieurs années d'expérience, le serrurier peut prétendre à accéder à des postes à responsabilité tels que chef d'équipe ou chef de chantier. Il s'assure du bon déroulement des travaux et coordonne le travail des différents ouvriers et artisans qui interviennent sur le chantier.

Les missions quotidiennes du serrurier

Le travail de serrurier-dépanneur au quotidien

Le serrurier dépanneur est spécialisé dans le dépannage d’urgence de serrures. Il intervient chez des particuliers pour régler des situations de crise. Il façonne les clés et réalise la pose de serrures. Il est aussi apte à installer des équipements de sécurité tels que des digicodes, des portes blindées et des volets roulants.

Le travail de serrurier-métallier en quotidien

Le serrurier-métallier concentre son activité sur le travail du métal. Il renforce la sécurité des bâtiments en mettant en place des ouvrages en métal, comme les serrures, les rampes d'escaliers, les balustrades.

Il réalise également des travaux de menuiserie métallique. Ainsi, il fabrique et installe les ouvertures du bâtiment (fenêtres, porte-fenêtres, verrières...) lorsque celles-ci associent métal et verre. Il peut être amené à fabriquer du mobilier urbain et d'intérieur lorsqu'il se spécialise dans la ferronnerie d'art.

Les compétences nécessaires pour exercer en tant que serrurier

Le serrurier doit développer un certain nombre de compétences pour exercer son activité, à savoir :

  • La maîtrise du travail du métal ;
  • La maîtrise de machines parfois complexes. En effet, le serrurier utilise de nombreux outils (perceuse, poinçonneuse, outils de crochetage, extracteurs, pistolet électrique, pics informatisés.) dans le cadre de son activité ;
  • La capacité à lire un plan et à prendre des mesures ;
  • Une parfaite connaissance des normes de sécurité. Son activité l'oblige à travailler en hauteur sur des balcons ou des échafaudages par exemple.

Les qualités requises pour exercer en tant que serrurier

En plus de toutes les compétences que nous venons de citer, un bon serrurier réunit les qualités suivantes :

  • La rigueur et la minutie ;
  • Une bonne condition physique. Bien souvent, il exécute son travail dans des positions inconfortables. Il est également exposé au bruit ;
  • Une bonne capacité relationnelle. En effet, le serrurier, notamment lorsqu'il est spécialisé dans le dépannage auprès de particuliers et professionnels, est au contact direct de ses clients ;
  • La disponibilité : ses horaires de travail sont très variables. Il peut être contacté à toute heure du jour et de la nuit pour assurer un dépannage d’urgence.

Si vous exercez à votre compte, libre à vous de fixer vos horaires et d'accepter ou de refuser une intervention.

Les études et formations pour devenir serrurier

Sachez que la profession de serrurier est réglementée. Cela implique que vous devez obligatoirement disposer d'un certain niveau de qualification pour exercer.

Accéder au métier de serrurier grâce à la formation initiale

Le métier de serrurier est accessible après un CAP serrurier-métallier ou un BEP réalisation d’ouvrages chaudronnés et de structures métalliques. Cette formation dure deux années. Certaines formations proposent des contrats de professionnalisation. Ces contrats vous permettent d’obtenir une qualification professionnelle en alternant période de travail en entreprise et formation théorique.

Il est possible de poursuivre votre apprentissage en validant un bac professionnel réalisation d'ouvrages chaudronnés et de structures métalliques ou un brevet professionnel serrurier-métallier.

Si vous souhaitez pourvoir un poste à plus haute responsabilité, il est conseillé de compléter votre formation par un BTS constructions métalliques (niveau Bac +2).

Accéder au métier de serrurier grâce à la formation continue

Vous êtes en reconversion professionnelle ? Vous pouvez vous former par l'intermédiaire d'organismes pour adultes tels que FMSD formation. Ces centres de formation proposent des formations spécialisées et accélérées à l'issue desquelles vous serez en droit d'exercer en tant que serrurier dépanneur.

Par exemple, FMSD formation dispense des modules de formation de 120h, tous les mois, à partir de mars 2021. 

Ces formations peuvent être financées par Pôle Emploi si vous êtes demandeur d'emploi ou par le Conseil Régional. En outre, elles sont éligibles au CPF (Compte Personnel de Formation.) Le CPF est un dispositif, accessible à tous les salariés, qui permet de financer des formations. Il est alimenté à hauteur de 500€ par année de travail dans la limite d'un plafond de 5000€.

Avant de vous inscrire, veillez à vous assurer que l'organisme est certifié par l'Etat et délivre des certifications reconnues par le registre national des certifications professionnelles (RNCP). Vous pouvez facilement vérifier cette information en contactant la Chambre des Métiers de votre département.

Vous avez exercé pendant au moins un an une activité en lien direct avec la profession de serrurier ? Vous pouvez peut-être obtenir une certification grâce au dispositif VAE (validation des acquis par l’expérience). Pour savoir si vous êtes éligible, rendez-vous sur le site http://www.vae.gouv.fr afin de compléter le formulaire de demande de recevabilité à la VAE. 

Le salaire du serrurier salarié et du serrurier indépendant

Un serrurier débutant touche le S.M.I.C soit 1.554,58€ brut par mois lorsqu'il est salarié. Le salaire du serrurier indépendant dépend de son chiffre d'affaires. En moyenne, il peut espérer toucher 2800€ brut par mois.

Les formes juridiques adaptées à l’activité de serrurier indépendant

Pour exercer à son compte, il faut choisir un statut juridique adapté. Le serrurier indépendant a le choix entre :

  • L'entreprise individuelle (EI classique, ou EI sous le régime de la micro entreprise ou avec option pour l'EIRL)
  • La société unipersonnelle (EURL, SASU).

L'entreprise individuelle

Le choix de l'entreprise individuelle est adapté au début de l'activité. Les démarches de création sont simples et vos obligations comptables sont simplifiées. C'est un régime favorisé par bon nombre d'entrepreneurs qui se lancent.

Le régime de la micro entreprise

Vous êtes au début de votre activité et vous ne souhaitez pas vous encombrer avec des démarches administratives complexes et avec des problématiques de gestion d’entreprise ? L'entreprise individuelle sous le régime de la micro entreprise peut être la solution qu'il vous faut.

Toutefois, sachez que l'accès au régime de la micro entreprise est soumis à des conditions de chiffre d'affaires. En effet, votre chiffre d'affaires annuel hors-taxe ne doit pas dépasser les seuils suivants :

  • 176 200€ pour les activités de vente de marchandises, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fourniture de logement non meublé.
  • 72 600€ pour les activités de prestations de services artisanales et commerciales et professions libérales.

💡En tant que serrurier, vous effectuez des activités de prestations de services artisanales. Dès lors, votre chiffre d'affaires ne doit excéder 72 600€ pour bénéficier du régime micro.

L'entreprise individuelle avec option pour l'Entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

L'option pour l'EIRL permet de sécuriser votre patrimoine personnel. En effet, en tant qu'entrepreneur individuel à responsabilité limitée, vous établissez une déclaration d'affectation afin de dédier certains biens à votre activité professionnelle.

Ainsi, vos créanciers professionnels pourront uniquement saisir les biens inscrits dans votre déclaration d'affectation en cas de difficulté de paiement.

Bonne nouvelle 💙 contrairement à la micro entreprise, l'option pour l'EIRL n'est soumise à aucun plafond de chiffre d'affaires.

La société unipersonnelle

Vous souhaitez développer votre activité et vous n'excluez pas la possibilité de vous associer dans le futur ? La création d'une société unipersonnelle (EURL ou SASU) peut être une solution intéressante. 

L'Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)

L'EURL est une forme de société à responsabilité limitée (SARL). En clair, il s'agit d'une société constituée d'un seul associé. Elle peut aisément basculer en SARL si vous envisagez d'accueillir un autre associé pour développer votre activité.

La Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)

La SASU est la forme unipersonnelle de la Société par actions simplifiée (SAS). Comme pour l'EURL, elle peut facilement être transformée en SAS dans le cas où vous souhaitez vous associer.

Les démarches de création

Créer une entreprise individuelle en tant que serrurier indépendant

La création d'une entreprise individuelle est très simple. Il vous suffit de remplir le  formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10) et de réunir l'ensemble des pièces justificatives suivantes :

  • Une copie de votre pièce d’identité recto/verso signée et accompagnée de la mention “« Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. » ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois (facture, quittance de loyer, bail) ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation dans laquelle vous certifiez n’avoir jamais été frappé d’une interdiction d’exercer une activité commerciale ou de gérer une entreprise.

💡 Infogreffe a mis en ligne un modèle de déclaration de non-condamnation. N'hésitez pas à l'utiliser !

  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé dans laquelle vous certifiez avoir informé votre conjoint des conséquences des dettes contractées dans le cadre de votre profession sur les biens communs.

💡 Servez-vous du modèle d'attestation de notification au conjoint proposée par Infogreffe.

  • Le formulaire JQPA (justification de qualification professionnelle artisanale) dûment signé et complété. En effet, la profession de serrurier est réglementée. Vous devez justifier d'une qualification professionnelle pour exercer.

L'option pour le régime de la micro entreprise

Si vous avez opté pour le régime de la micro entreprise, il vous faudra remplir le formulaire P0 CMB micro-entrepreneur(cerfa n°15253*05) en lieu et place du formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10)

L'option pour l'Entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

En cas d'option pour l'EIRL, il vous faudra remplir le formulaire P EIRL CM (cerfa n°14215*04) en plus du formulaire P0 CMB (cerfa n°11676*10).

Vous devez également établir une déclaration d'affectation afin de déterminer les biens affectés à votre activité professionnelle. Elle doit faire apparaître les mentions obligatoires suivantes :

  • L'identité et les coordonnées de l'entrepreneur individuel (nom, prénom, date et lieu de naissance, adresse de domicile...) ;
  • La dénomination de l'EIRL ;
  • L'objet social de l'EIRL ;
  • La date de clôture de l'exercice social ;
  • Le numéro SIREN si l'entreprise est déjà immatriculée ;
  • L'état descriptif des biens affectés à l'activité professionnelle ainsi que leur valeur.

Le site officiel de l'administration française a mis en ligne un modèle de déclaration d'affectation du patrimoine. N'hésitez pas à vous en inspirer pour établir votre propre déclaration.

Votre dossier complet doit être déposé en ligne sur le site guichet-entreprises.fr.

Créer une société unipersonnelle en tant que serrurier indépendant

La création d'une société unipersonnelle, que ce soit une EURL ou une SASU, est plus complexe.

  • Etablir les statuts

Première étape indispensable : la rédaction des statuts qui fixent les règles d'organisation de la société.

Elles doivent, a minima, faire apparaître les mentions suivantes :

  • L'identité des associés fondateurs ;
  • La forme juridique de la société ;
  • La durée de la société ;
  • La dénomination sociale ;
  • L’objet social ;
  • Le siège social ;
  • Le montant du capital social ;
  • La répartition des parts sociales entre les associés ;
  • L'évaluation des apports en nature ;
  • Les modalités de libération des apports en numéraire ;
  • L’identité du gérant, ainsi que l'étendue de ses pouvoirs, la durée de son mandat, sa rémunération.

Vous l'aurez compris : cet exercice demande une certaine maîtrise du droit. Nous vous recommandons vivement de recourir à un professionnel, comme un expert-comptable ou un avocat, pour rédiger ou relire votre projet de statuts. Comptez environ 1000€ pour ce type de prestation.

  • Publier une annonce au journal d'annonces légales (JAL)

Cette formalité sert à informer les tiers de votre intention de créer une société. Pour cela, il convient de prendre contact avec un JAL habilité dans votre département. La publication d'une annonce légale coûte en moyenne 200€.

  • Procéder au dépôt de capital

La création d'une EURL ou d'une SASU suppose la constitution d'un capital social d'un montant minimum de 1€.

Les apports numéraires, c'est-à-dire en argent, doivent faire l'objet d'un dépôt de capital. En clair, il s'agit de déposer les fonds sur un compte dédié à la société, auprès d'un dépositaire habilité, à savoir :

  • Les banques et les néobanques telles que Blank ;
  • Les notaires ;
  • La Caisse des dépôts et consignation (CDC).

Constituer un dossier de création de société et l'envoyer au CFE compétent

Vous devez à présent compléter le formulaire cerfa 1168006 , si vous souhaitez créer une EURL, ou le formulaire cerfa 1395907, si vous souhaitez créer une SASU et regrouper les documents suivants :

  • Les statuts de votre société signés et datés ;
  • Votre attestation de publication au sein du journal d'annonces légales (JAL) ;
  • Votre attestation de dépôt de fonds ;
  • La preuve de domiciliation de votre société (bail, etc...) ;
  • La pièce d'identité du gérant ;
  • Le formulaire de déclaration relative aux bénéficiaires effectifs.

Comptez environ 60€ pour immatriculer votre société au répertoire des métiers (RPM) auxquels s'ajoutent 25€ au titre de la déclaration des bénéficiaires effectifs (RBE).

Le dossier doit ensuite être envoyé au CFE compétent.

CFE compétent Dépôt du dossier en ligne
Société dont l’activité est artisanale et comptant moins de 11 salariés Chambre des métiers et de l’artisanat https://www.cfe-metiers.com/accueil.aspx
Société dont l’activité est artisanale et comptant plus de 11 salariés Chambre de commerce et de l’industrie https://www.guichet-entreprises.fr/fr/

Les obligations fiscales, sociales et comptables du serrurier indépendant 

Le régime fiscal du serrurier indépendant

Au niveau fiscal, votre imposition dépend de votre statut juridique.

Entrepreneur individuel (EI classique) Imposition au titre de l’impôt sur le revenu
Entrepreneur individuel sous le régime de la micro entreprise Imposition au titre de l'impôt sur le revenu. L’assiette imposable est constituée de votre chiffre d’affaires déduit d’un abattement forfaitaire de 50% pour les activités artisanales
Entrepreneur individuel avec option pour l’EIRL Imposition au titre de l’impôt sur le revenu avec possibilité d’opter pour l’impôt sur les sociétés
EURL Si l’associé-unique est une personne physique (un individu) : imposition au titre de l’Impôt sur le revenu avec possibilité d’opter pour l’impôt sur les sociétés et le régime de la micro-entreprise Si l’associé-unique est une personne morale (une société par exemple) : imposition au titre de l'impôt sur les sociétés
SASU Imposition au titre de l’impôt sur les sociétés avec possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu sous conditions

Le régime social du serrurier indépendant 

Au niveau social, le montant de vos cotisations sociales et le niveau de protection dépendent également de votre statut juridique.

Entrepreneur individuel (EI classique) Travailleur non salarié. Vous êtes affilié à la SSI (qui a fusionné au régime général de la Sécurité sociale) Le montant des cotisations sociales est d’environ 42%
Entrepreneur individuel sous le régime de la micro entreprise Régime micro social. Vous êtes affilié au régime général de la Sécurité sociale. Le montant des cotisations sociales est de 22% pour les prestations de services artisanales. Il est prélevé directement sur votre chiffre d’affaires
Entrepreneur individuel avec option pour Travailleur non salarié
EIRL Vous êtes affilié à la SSI (qui a fusionné au régime général de la Sécurité sociale) Le montant des cotisations sociales est d’environ 42 %
EURL En tant que gérant associé-unique, vous êtes travailleur non-salarié (TNS) et êtes affilié à la SSI (qui a fusionné au régime général de la sécurité sociale) Le montant des cotisations sociales est d’environ 45%
SASU En tant que président de la SASU, vous êtes assimilé-salarié. Vous êtes affilié au régime général de la sécurité sociale Le montant des cotisations sociales est d’environ 80%

Les obligations comptables du serrurier indépendant

Les problématiques de comptabilité et gestion des documents comptables varient en fonction du régime d’imposition du serrurier indépendant.

La comptabilité des serruriers au régime micro BIC

En tant que serrurier micro-entrepreneur (ex auto entrepreneur), vous bénéficiez du régime micro BIC. Vos obligations comptables sont ultra simplifiées :

  • Vous devez tenir un livre des recettes qui regroupe tous vos encaissements de façon chronologique ;
  • Vous devez tenir un registre des achats pour recenser toutes les dépenses engagées dans le cadre de l'entreprise de façon chronologique. 

La comptabilité des serruriers au régime réel simplifié d’imposition

Pour bénéficier du régime réel simplifié, votre chiffre d’affaires annuel hors-taxe ne doit pas dépasser :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services.

💡En tant que serrurier, vous réalisez des prestations de services. Dès lors, votre chiffre d’affaires annuel HT ne doit pas franchir le plafond de 247 000€.

Vous devez tenir une comptabilité de trésorerie. Cette méthode simplifiée de comptabilité repose sur l’enregistrement des flux de trésorerie (les encaissements et les décaissements).

Concrètement, vos obligations comptables sont les suivantes :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat et annexe comptable abrégée). 

La comptabilité des serruriers au régime réel d’imposition 

Le régime réel d’imposition s’applique automatiquement aux indépendants dont le chiffre d’affaires est supérieur à :

  • 818 000€ pour les ventes et prestations d’hébergement ;
  • 247 000€ pour les prestations de services.

En tant que serrurier indépendant, vous pouvez opter pour ce régime d’imposition, même si votre chiffre d’affaires est inférieur à ces seuils. 

Vous devez alors tenir une comptabilité d’engagement. Ce mode de compatibilité est plus complexe : il repose sur l’enregistrement de tous les engagements donnés et reçus par l’entreprise. En clair, cela implique que le flux financier n’est pas comptabilisé à compter du paiement, mais à compter de son fait générateur, à savoir l’édition de la facture. 

Dans ce cas, les exigences comptables sont les suivantes :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (compte de résultat, bilan comptable et annexes comptables complètes)
  • La production d’un inventaire des éléments d’actifs et de passifs tous les 12 mois. 

Le code APE (ou code NAF) du serrurier indépendant

En tant que serrurier, votre code APE / NAF est 4332B

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.

Ouvrir un compte
Carte Blank