Optimisation fiscale des travailleurs indépendants : les stratégies à connaître

Comptabilité
Mis à jour le
15.12.2023
10/12/23

L'optimisation fiscale est une étape incontournable pour tous les indés qui souhaitent maximiser leurs gains sans déroger aux lois fiscales. Dans un monde où les impôts peuvent considérablement impacter les bénéfices, comprendre et appliquer des stratégies d'optimisation fiscale devient une nécessité. L'enjeu de cet article ? Démystifier ce sujet obscur et vous armer de conseils pratiques pour une gestion fiscale qui a du style.

Les bases de la fiscalité pour les indés

Comprendre l'optimisation fiscale

Posons les bases : l’optimisation fiscale, ça n’a rien à voir avec l’évasion fiscale. La première consiste à utiliser toutes les lois et réglementations en vigueur pour minimiser votre charge fiscale. Quant à la deuxième, elle implique des moyens illégaux pour éviter de payer des impôts. Pour les indés, qui généralement ne bénéficient pas des conseils fiscaux dont disposent les grandes entreprises, maîtriser les bases de l'optimisation fiscale est crucial.

Comment ça fonctionne ?

Les indés sont soumis à plusieurs formes d'impositions : impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, TVA, cotisations sociales… La bonne classification fiscale de l’activité est donc essentielle. 

Par exemple : opter pour le régime de la micro-entreprise peut offrir des avantages fiscaux significatifs pour les petites activités, mais il sera moins avantageux à mesure que votre entreprise grandit.

Les stratégies d'optimisation fiscale

Choisir un statut juridique adapté à vos besoins

Le choix du statut juridique de son activité (entreprise individuelle, EURL, SASU, etc.) a un impact majeur sur la fiscalité. Chaque statut a ses propres avantages et inconvénients.

Par exemple : une SASU offre une grande flexibilité en termes de rémunération et de protection sociale, mais peut entraîner une charge fiscale plus élevée comparée à l'entreprise individuelle.

Gestion des Bénéfices

La gestion de vos bénéfices a un impact direct sur la charge fiscale. Réinvestir les bénéfices dans votre entreprise peut être une stratégie pour réduire l’impôt sur les sociétés. De même, le choix entre se verser un salaire ou des dividendes doit être fait après une analyse attentive des implications fiscales de chaque option.

Déductions et Crédits d’Impôt

Vous devez connaître tous les types de dépenses qui peuvent être déduits des revenus imposables. Cela inclut : 

  • Certains frais professionnels, frais de déplacement, achats de matériel, etc.
  • Les crédits d'impôt, comme ceux pour la formation ou pour certaines activités de recherche, peuvent également réduire de manière significative l’impôt à payer.
  • Le Plan Épargne Retraite : généralement méconnu du grand public, cette option vous permet de réduire vos impôts tout en cotisant pour votre retraite.

Focus sur le PER : un outil d’optimisation fiscale pour les indés 

Le Plan Épargne Retraite (PER), c’est un outil d'optimisation fiscale très utile pour les travailleurs indépendants. Concrètement, il permet de vous constituer une épargne retraite tout en bénéficiant d'avantages fiscaux notables.

Avantage fiscal du PER : comment ça marche ?

Le PER est un placement financier dédié à la constitution d’un capital pour votre retraite. En clair, vous versez un montant tous les mois sur votre PER, et tous ces versements sont déductibles du revenu imposable, ce qui vous permet ainsi une réduction d'impôt conséquente.

Prenons un cas concret :

Imaginons que vous avez revenu imposable annuel net de 40 000 €. Si vous cotisez 200 € par mois sur votre PER, cela représente 2 400 € sur une année. En optant pour la déduction fiscale, votre revenu imposable descendra à 37 600 € (40 000 € - 2 400 €), réduisant ainsi l'impôt à payer, qui sera calculé sur cette base réduite.

PS : on vous a trouvé un simulateur fiscal pour estimer votre économie d'impôt potentielle grâce au PER.

L’impact de votre statut juridique sur votre fiscalité

On vous le disait plus haut, le choix de votre statut juridique influence votre fiscalité. Et c’est aussi le cas pour votre PER, ses bénéfices varient selon votre statut professionnel :

Si vous êtes salariés et assimilés (SAS, SASU) & micro-entrepreneurs

En tant que salarié ou assimilé, vous pouvez effectuer des cotisations à titre personnel sur le PER. Cela signifie que vous réduirez votre impôt sur le revenu.

Pour les micro-entrepreneurs optant pour le prélèvement libératoire, il n'est pas possible de déduire ces cotisations de l'impôt sur le revenu. En revanche, pour les autres micro-entrepreneurs, c'est tout à fait possible.

Si vous êtes travailleurs non-salariés (SARL, EURL, etc.)

En tant que travailleurs non-salariés, les cotisations peuvent être effectuées à titre professionnel comme à titre personnel, vous offrant plusieurs possibilités d'optimisation fiscale. Ça signifie qu’il est possible de cotiser avec le compte bancaire de son entreprise ET de réduire votre impôt sur les sociétés.

– 

Au final, vous préparer à faire de l’optimisation fiscale, c'est un peu comme prendre une boussole vous guidant à travers les méandres de la fiscalité avec des pas assurés.

Bien choisir votre statut, veiller à répartir stratégiquement vos bénéfices, faire le choix d’investir dans un PER : autant de voies qui vous amènent sur le chemin d'une fiscalité maîtrisée. En somme, l'optimisation fiscale est votre alliée discrète, mais efficace, prête à accompagner votre aventure financière vers la route du succès.

Écrit par

Rédacteur Blank

Ce qui compte vraiment

Un IBAN français

Une carte qui règle tous vos problèmes

Des fonctionnalités pratiques pour vous aider au quotidien

Un service client au bout du fil ou par mail 7j/7

Accessible partout, sur web et mobile

J'ouvre un compte