Fiches métiers

Devenir traiteur indépendant

Vous êtes intéressé par les métiers de bouche et vous souhaitez devenir traiteur ? Suivez le guide pour réussir votre objectif !

Julie Merrer
Publié le
23/3/21
Mis à jour le

Pour aller droit à l'essentiel

Vous souhaitez devenir traiteur, mais vous n'avez pas encore sauté le pas ? Blank fait le point sur tout ce qu'il faut savoir avant de vous lancer dans cette fiche métier !

En quoi consiste le métier de traiteur ?

Le traiteur est un artisan spécialisé dans la préparation et la vente de plats cuisinés à emporter. Il existe deux catégories de traiteurs : les traiteurs en magasin et les traiteurs organisateurs de réceptions (ou traiteurs événementiels).

Le traiteur en magasin travaille et commercialise ses plats en boutique, au sein d’un service de restauration commerciale ou en grande distribution. Il peut également proposer un service traiteur à domicile.

Le traiteur organisateur de réception a un rôle plus polyvalent : il est chargé de la préparation du buffet et des menus d'un événement. Il est souvent amené à s'occuper de la décoration des tables et du service. C'est sur lui que repose la réussite de la réception !

Zoom sur les métiers de bouche

Vous êtes passionné par la cuisine ? Bonne nouvelle : le secteur de la gastronomie est très porteur ! Selon l’INSEE, il emploie 330 000 personnes en France dans environ 90 000 commerces de bouche.

Sachez également que le métier de traiteur n'est pas la seule option qui s'offre à vous ! Parmi les artisans du goût, nous pouvons citer :

  • Le boulanger, qui réalise du pain et des viennoiseries.
  • Le pâtissier, spécialiste des préparations sucrées (gâteaux, viennoiseries, pâtisseries, biscuits et de pièces montées...) ;
  • Le cuisinier, chargé de préparer les plats présentés au menu d'un restaurant. Il peut se spécialiser en tant que chef à domicile et proposer ses services directement chez ses clients.

Les missions quotidiennes du traiteur

Au quotidien, le traiteur réalise les missions suivantes.

  • Il passe des commandes de matières premières auprès de ses fournisseurs ;
  • Il concocte des plats cuisinés et des plateaux-repas dans le respect des règles d'hygiène et de sécurité alimentaire ;
  • Il gère son stock de marchandises et les commandes de ses clients ;
  • Il conditionne et vend ses préparations ;
  • Il conseille sa clientèle.

Lorsqu'il est spécialisé dans la préparation d'évènements (traiteur mariage par exemple), il doit également :

  • Respecter le cahier des charges convenu avec son client ;
  • Transporter sa production jusqu'au lieu où se tient la réception ;
  • S'occuper de la présentation des buffets et des tables ;
  • Réaliser des prestations annexes, comme la location et la décoration de la salle de réception.

Les compétences et les qualités pour devenir traiteur

Les compétences requises pour devenir traiteur

Le traiteur doit réunir les compétences suivantes :

  • Il maîtrise les techniques culinaires de la cuisine traditionnelle ;
  • Il connaît et respecte les normes d'hygiène et de sécurité alimentaire ;
  • Il connaît et respecte les procédures de conditionnement et de stockage des produits alimentaires ;
  • Il sait manier les outils et ustensiles de cuisine (hachoir, couteau, four...)
  • Il a une bonne connaissance de l'organisation d'une entreprise et de la comptabilité lorsqu'il est indépendant.

Les qualités requises pour devenir traiteur

Un bon traiteur doit également être pourvu de certaines qualités, à savoir :

  • La créativité et le sens de l'esthétisme ;
  • Un sens de l'organisation à toute épreuve ;
  • Une hygiène irréprochable ;
  • Une bonne résistance au stress (notamment lorsqu'il est amené à organiser des événements importants comme un mariage) ;
  • La disponibilité.

Les études et formations pour devenir traiteur

Est-il possible de devenir traiteur sans diplôme ?

Oui, l'accès au métier de traiteur ne nécessite pas de diplôme. Vous pouvez donc parfaitement vous auto-former. Pour autant, si vous n'avez pas l'âme d'un autodidacte, il peut être utile de suivre une formation spécifique pour acquérir toutes les compétences requises et maîtriser les règles d'hygiène et de sécurité alimentaire.

Devenir traiteur par la voie de la formation initiale

Vous pouvez vous former au métier de traiteur, après la classe de troisième, en préparant un certificat d'aptitude professionnelle (CAP) charcutier-traiteur ou un brevet d'études professionnelles (BEP) Alimentation option charcutier préparation traiteur. Ce diplôme est accessible par la voie de l'apprentissage ce qui vous permet d'alterner cours théorique et application pratique en entreprise. En qualité d'apprentis, vous concrétisez votre apprentissage en entreprise et touchez une rémunération pendant vos études.

Il peut être intéressant de compléter votre formation par un :

  • Brevet professionnel (BP) Charcutier-traiteur, brevet professionnel (BP) Cuisine (niveau bac), ou un bac professionnel (bac pro) Boucher Charcutier Traiteur (niveau bac) ;
  • Brevet de maîtrise (BM) traiteur-organisateur de réception délivré par la Chambre des métiers et de l'artisanat (niveau bac +2). Ce diplôme vous permettra de développer les compétences nécessaires au chef d’entreprise artisanal et de solliciter le titre de Maître Artisan.

Se reconvertir en tant que traiteur par la voie de la formation continue

Il n'est jamais trop tard pour se reconvertir en tant que traiteur. La grande majorité des formations pour préparer un CAP sont accessibles aux adultes en situation de reconversion professionnelle.

La rémunération du traiteur

En début de carrière, un ouvrier traiteur gagne environ le S.M.I.C soit 1 554,58€ brut par mois. Lorsqu'il s'installe à son compte, son salaire dépend essentiellement de sa réputation. Il touche entre 2500 et 3000€ par mois.

Créer son entreprise ou sa société en tant que traiteur

Les formes juridiques adaptées à une activité de traiteur indépendant

le statut micro entrepreneur (ex auto-entrepreneur)

Le régime de la micro entreprise peut être intéressant au moment de se lancer afin de tester son projet.

Vos obligations comptables et administratives sont ultra simplifiées. Vous pouvez vous concentrer sur l'essentiel : votre activité.

Toutefois, le statut micro entrepreneur n'est pas adaptée à une activité de traiteur déjà développée pour trois raisons :

  • Le régime est soumis à un plafond de chiffre d'affaires annuel hors-taxes de :
  • 176 200€ pour les activités commerciales, à savoir les activités de vente de marchandises, de denrées à emporter ou à consommer sur place ou de fourniture de logement non meublé
  • 72 600€ pour les activités de prestations de services artisanales et commerciales.
  • Vous ne pouvez pas déduire vos frais professionnels de votre chiffre d'affaires imposable. Or, en tant que traiteur, votre budget alloué aux dépenses professionnelles est important : aménagement du local, paiement du loyer, achat de matières premières, de matériels, salaire des employés…
  • Votre responsabilité est illimitée ce qui implique que vos créanciers professionnels peuvent saisir vos biens personnels (à l'exception de votre résidence principale) en cas de défaut de paiement de votre part.
Les formalités administratives pour opter pour le régime de la micro entreprise

Les démarches de création sont très simples. Elles peuvent être réalisées en quelques minutes sur le site https://www.guichet-entreprises.fr/fr/. En effet, il vous suffit de remplir le formulaire P0 CMB micro-entrepreneur(cerfa n°15253*05) et de réunir les pièces justificatives suivantes :

  • Une copie de votre pièce d’identité recto/verso signée avec la mention “« Je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait le … À …. » ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation.

💡 N'hésitez pas à utiliser le modèle de déclaration de non-condamnation proposé par Infogreffe.

  • Si vous êtes marié ou pacsé, il vous faudra également joindre une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé. Cette attestation prouve que vous avez informé votre conjoint des conséquences des dettes contractées dans le cadre de votre activité sur les biens communs.

Lorsque son activité se développe : la société (EURL, SASU, SARL, SAS)

Il est plus avantageux d'opter pour la forme sociétaire une fois que votre activité est développée. En effet, la société offre plusieurs avantages :

  • Elle n'est soumise à aucun plafond de chiffre d'affaires ;
  • Vous pouvez déduire vos charges de votre résultat imposable ;
  • Votre responsabilité est limitée à hauteur de vos apports au capital social.

👉 Si vous souhaitez entreprendre seul, il vous faudra créer une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ou une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)
👉 Si vous souhaitez vous associer, il vous faudra choisir entre la Société À Responsabilité Limitée (SARL) ou la Société par Actions Simplifiée (SAS).

N'hésitez pas à consulter nos guides des statuts juridiques avant de faire votre choix.

Les formalités administratives pour créer sa société

Les démarches pour créer une société sont plus complexes :

  • Rédaction des statuts ;
  • Publication d'une annonce au sein d'un journal d'annonces légales ;
  • Dépôt de capital).

Votre dossier de création de société doit être déposé auprès du Centre des Formalités des Entreprises compétent, à savoir :

  • La Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA) si votre société artisanale emploie moins de 11 salariés ;
  • La Chambre de Commerce et de l'Industrie (CCI) si votre société artisanale emploie plus de 11 Salariés.

S'installer à son compte en tant que traiteur : la réglementation à respecter.

Vous venez de créer votre statut juridique ? Félicitations ! Mais avant de vous lancer dans le grand bain, il vous faudra respecter quelques règles spécifiques au métier de traiteur.

Respecter les normes sanitaires

Le traiteur doit respecter un certain nombre de normes d'hygiène et de traçabilité des produits pour exercer son activité en toute légalité. À ce titre, il doit notamment veiller à :

  • Jeter les préparations qu'il n'a pas vendues. En effet, il est interdit de vendre des plats préparés la veille (notamment lorsqu’ils sont constitués à partir de produits frais) ;
  • Maîtriser la chaîne du froid ;
  • Aménager un laboratoire aux normes : il n’est en effet pas possible de devenir traiteur sans disposer d’une cuisine dédiée à son activité professionnelle respectueuse des normes sanitaires.

Les contrôles sanitaires sont récurrents dans le milieu de l’alimentation, et les sanctions peuvent aller jusqu’à la fermeture administrative de votre établissement. Alors mieux vaut ne rien laisser au hasard ! Pour connaître toutes les normes spécifiques à votre activité, il peut être judicieux de suivre une formation en hygiène alimentaire (formation HACCP).

Obtenir un agrément sanitaire

L'agrément sanitaire est obligatoire lorsque vous stockez vos préparations en vue de les vendre à des clients professionnels, comme une collectivité.

Vous devez faire votre demande d'agrément sanitaire en ligne auprès du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation au moins deux mois avant le début de votre activité.

Détenir une carte professionnelle de commerçant ambulant

Vous souhaitez devenir traiteur ambulant et vendre vos préparations sur les marchés ? Pour cela, vous devez détenir une carte professionnelle de commerçant ambulant. Elle vous permet d'exercer votre activité en dehors de la commune où votre entreprise est immatriculée. Vous devez déposer votre demande auprès de votre CFE, à savoir la CMA si vous avez moins de 11 salariés ou la CCI si vous avez plus de 11 salariés. La carte professionnelle de commerçant ambulant est valable pendant 4 ans et coûte 30€.

Mentionner les ingrédients reconnus comme allergènes

Les ingrédients reconnus comme allergènes doivent être indiqués à vos clients. Cela concerne notamment :

  • Les céréales contenant du gluten ;
  • Les arachides et produits à base d'arachides ;
  • Les fruits à coque.

Le régime fiscal, social et les obligations comptables du traiteur

Le régime fiscal du traiteur indépendant

Sous le régime de la micro entreprise, le traiteur indépendant est imposé au titre de l'impôt sur le revenu. Son chiffre d'affaires fait l'objet d'un abattement pour les frais professionnels à hauteur de 50% pour les prestations de services artisanales.

En créant une EURL, le traiteur indépendant est assujetti à l'impôt sur le revenu. Il peut opter pour l'impôt sur les sociétés sous réserve de respecter certaines conditions.

Dans le cadre de la SARL, de la SASU et de la SAS, les bénéfices sont imposés au titre de l'impôt sur les sociétés avec possibilité d'opter pour l'impôt sur le revenu.

Le régime social du traiteur indépendant

L'indépendant au régime de la micro entreprise bénéficie d'une affiliation au régime général de la Sécurité sociale. En tant qu'artisan, ses cotisations sont de 22% de son chiffre d'affaires.

En tant que gérant d'une EURL, et gérant majoritaire (détient plus de 50% des parts dans le capital social) d'une SARL, il a le statut de travailleur non-salarié (TNS). Il est affilié à la sécurité sociale des indépendants (SSI) intégrée au régime général de la Sécurité sociale. Ses cotisations sont de 42% de sa rémunération.

En tant que président d'une SASU, d'une SAS, gérant minoritaire (détient moins de 50% des parts dans le capital social) et gérant égalitaire (détient 50% des parts dans le capital social) d'une SARL, il a le statut d'assimilé-salarié. Le président d'une SASU et d'une SAS paient 80% de cotisations sociales, tandis que le gérant minoritaire et égalitaire d'une SARL paie 42% de cotisations sociales sur sa rémunération.

Les obligations comptables du traiteur indépendant

La comptabilité de l'indépendant au régime de la micro entreprise

Le régime de la micro entreprise offre des obligations comptables ultra simplifiées, à savoir la tenue d'un livre des recettes et d'un registre des achats.

La comptabilité de l'indépendant au régime réel simplifié d'imposition

Pour bénéficier du régime réel simplifié en tant que traiteur indépendant, votre chiffre d’affaires annuel hors-taxe ne doit pas dépasser 247 000€.

Vous devez respecter les obligations comptables :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (bilan comptable, compte de résultat et annexe comptable abrégée).

La comptabilité de l'indépendant au régime réel normal d'imposition

Si votre chiffre d'affaires annuel hors-taxe est supérieur à 247 000€, vous êtes soumis au régime réel normal d'imposition. Vous pouvez volontairement opter pour ce régime si vous êtes en deçà des seuils.

Le traiteur indépendant au régime réel normal d'imposition doit tenir une comptabilité complète, à savoir :

  • La tenue d’un livre-journal ;
  • La tenue d’un grand-livre ;
  • L’établissement des comptes annuels (compte de résultat, bilan comptable et annexes comptables complètes) ;
  • La production d’un inventaire des éléments d’actifs et de passifs tous les 12 mois.

Les informations clés

Traiteur indépendant
Activité Artisan spécialisé dans la préparation et la vente de plats cuisinés à emporter.
Formation obligatoire Oui. La profession de traiteur est réglementée. Diplôme ou expérience professionnelle de 3 ans en lien direct avec le métier de traiteur.
Assurances professionnelles obligatoires La responsabilité civile professionnelle L’assurance décennale
Code NAF/APE Code APE ou NAF 5621Z : "Services des traiteurs"
CFE compétent La chambre de métiers et de l’artisanat si vous avez moins de 11 salariés. La chambre de commerce et de l’industrie si vous avez plus de 11 salariés.

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.

Ouvrir un compte
Carte Blank