Créer sa micro-entreprise en ligne en 6 étapes

1 mois gratuit

Sans engagement

Accueil
Micro entreprise
créer une micro entreprise en 6 étapes
En résumé
  • Depuis le 1er janvier 2023, toutes les démarches de création d’une micro-entreprise doivent être réalisées en ligne sur le portail e-procédures.
  • Créer votre micro-entreprise en ligne est  100 % gratuit si vous le faites par vos propres moyens.
  • Avant la création de votre entreprise en ligne, faites le point sur votre projet et votre situation.
  • Parallèlement à la création de l’entreprise à proprement parler, pensez à ouvrir votre compte bancaire professionnel et à souscrire aux assurances professionnelles indispensables à votre activité.

Réputée pour sa simplicité, la micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) permet à nombre d’indépendants de lancer ou tester un projet entrepreneurial sans difficulté. Elle peut être créée rapidement, sans démarches compliquées, en quelques clics directement sur internet. La création en ligne vous offre ainsi un gain de temps et de peine vous permettant de vous concentrer sur ce qui compte vraiment : le développement de votre activité professionnelle. Pour vous faciliter la tâche, voici les 6 grandes étapes à suivre pour créer votre micro-entreprise en ligne.

Étape 1 : Faire le point avant de créer sa micro-entreprise en ligne

La première étape incontournable pour créer votre micro-entreprise en ligne est de commencer par vous autoévaluer. Faire le point sur votre situation est essentiel pour comprendre quel type de micro-entrepreneur vous serez et prendre toutes les dispositions nécessaires en amont pour réussir votre projet. Posez-vous les questions suivantes :

  • Quelle est votre situation professionnelle actuelle ? 
    • Êtes-vous salarié ? En CDI ou en CDD ? 
    • Êtes-vous demandeur d’emploi ?
    • Êtes-vous retraité ?
  • Quelle activité ou métier souhaitez-vous exercer au sein de votre micro-entreprise ?
  • Avez-vous déjà l’expérience, le savoir-faire ou les diplômes nécessaires à la création de votre micro-entreprise en ligne ? 
  • Quelle est votre situation financière ? some text
    • Quel est le montant de vos dépenses mensuelles incontournables (dépenses quotidiennes, loyer, factures, crédit à rembourser, etc.) ? 
    • Quel est votre niveau d’endettement ?
    • Où en êtes-vous côté épargne ?

👉 Si vous êtes salarié et que vous souhaitez quitter votre emploi, préparez bien votre négociation et les formalités de votre départ pour pouvoir bénéficier des indemnités de Pôle Emploi quand vous serez micro-entrepreneur. Le cumul chômage et micro-entreprise est possible ! Il permet de maintenir votre niveau de vie le temps de votre lancement.

👉 Si vous êtes salarié et que vous ne souhaitez pas quitter votre emploi, le cumul micro-entreprise et salariat existe !

👉 Si vous êtes salarié et que vous souhaitez suspendre votre contrat de travail pour pouvoir retrouver votre emploi, vous pouvez faire une demande de congé de création d’entreprise ou de congé sabbatique.

👉 Si vous êtes retraité, bonne nouvelle, le cumul est également possible ! Retrouvez tous les détails sur le portail auto-entrepreneur.

👉 Si votre projet concerne un nouveau métier ou une reconversion, il peut être utile de commencer par faire une formation complémentaire.

👉 Si votre projet concerne certaines professions libérales réglementées : les métiers du soin (médecin, infirmière), du droit (avocat, notaire, expert-comptable), des assurances ou encore certaines professions agricoles, vous n’avez pas accès au régime de la micro-entreprise. En revanche, d’autres statuts juridiques et régimes vous permettent de vous lancer à votre compte.

 

Étape 2 : Mettre votre projet en forme

Cette étape est utile pour vérifier la pertinence de votre idée et poser à plat toutes ses caractéristiques. Cette première réflexion pourra nourrir votre “business plan” si vous en faites un, ou bien vous aider à constituer votre portfolio pour démarcher vos clients. Pour bien formuler votre projet, posez à l’écrit les informations suivantes :

  • le nom de votre future entreprise ou le nom de domaine de votre futur site web (cela peut être le vôtre si vous êtes consultant) ;
  • la liste de vos clients potentiels ou “prospects” ;
  • la liste de vos cibles potentielles (si vous vendez des produits, par exemple) avec leurs caractéristiques (âges, localisation, besoins, moyens) ;
  • le concept de votre idée ou bien votre mission ;
  • l’élément différenciant de votre idée sur le marché : some text
    • en quoi apportez-vous quelque chose ? 
    • Quels sont vos avantages ? 
    • Et vos points faibles ?
  • la liste de vos concurrents ;
  • quelle sera la nature de votre activité ? Par exemple : activité artisanale, activité commerciale...
  • les caractéristiques de votre secteur d’activité ;
  • Sur combien de temps vous projetez-vous ? Avez-vous déjà en tête une date de cessation d'activité ou de changement d'activité ?
  • Allez-vous exercer votre activité seul ou souhaitez-vous un jour accueillir des associés ?

<div class="emphase-rt notif">Si vous souhaitez accueillir un ou plusieurs associés dans un futur proche, il peut être intéressant de créer une micro-entreprise sous le statut d’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) ! Les formalités de création sont plus importantes (nous en parlons dans l’étape 4 de cet article), mais vous pourrez évoluer plus facilement en SARL (société à responsabilité limitée).</div>

 

Étape 3 : Chiffrer votre projet

Estimer vos coûts

Tous les micro-entrepreneurs sont différents ! Certains ont besoin de créer des documents chiffrés pour projeter leur activité, de réunir des fonds de départ pour louer des équipements ou des biens immobiliers, anticiper une demande de crédit (un artisan dans le BTP, par exemple) ou bien anticiper la création d'un statut juridique particulier (une SASU, par exemple).

À l’inverse, d’autres n’ont que très peu de besoins. Ils peuvent travailler depuis leur domicile, sans équipement spécifique ou matières premières particulières. Par exemple : un consultant en libéral, un entrepreneur individuel n'ayant pas besoin d’être déclaré à la Chambre des métiers ou à la Chambre de commerce et d’industrie (et n’ayant donc pas à prévoir les frais d'enregistrement)...

Pour chiffrer votre projet, il peut être nécessaire de créer des documents marketing et comptables comme un business plan, un plan de financement, un plan de trésorerie prévisionnel, etc. 

<div class="emphase-rt notif">Généralement, les micro-entrepreneurs peuvent avoir moins de besoins de ce côté-là, comparativement à une société. Il est tout à fait normal de se lancer sans créer de documents chiffrés ou sans réunir de fonds importants. Tout dépend de votre projet ! La micro-entreprise est avant tout un régime ultra-simplifié, avec peu de charges sociales et peu d'obligations comptables.</div>

💡 N’hésitez pas à faire appel à un expert-comptable pour réaliser l’ensemble de ces documents ou à vous faire accompagner par un organisme solidaire ! C’est le meilleur moyen de garantir la qualité et la précision du chiffrage de votre projet. Notre partenaire JeSuisEntrepreneur (JSE) vous propose un accompagnement complet en plus d’une boîte à outils dédiée à l’élaboration de vos prévisions financières.

Financer votre projet

Besoin d’un coup de pouce ? Sachez qu’en France, il existe de nombreuses aides dédiées aux micro-entreprises ! On recense notamment :

  • L’ACRE (l’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise) qui offre une exonération totale ou partielle de vos cotisations sociales ;
  • L’ARE (l’aide au retour à l’emploi) ou l’ARCE (l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise) proposées sous conditions par Pôle Emploi ;
  • L’aide NACRE (ou nouvel accompagnement pour la création ou la reprise d’entreprise), un dispositif complet dédié aux créateurs d’entreprise qui propose une indemnité et un accompagnement allant jusqu’à 3 ans. 

En outre, ces subventions peuvent prendre la forme d’exonérations fiscales, notamment : 

  • La taxe sur la valeur ajoutée (TVA), si le micro-entrepreneur réalise moins de 91 900 € de chiffre d’affaires pour l’achat vente de marchandises et moins de 36 800 € pour les prestations de services ;
  • La cotisation foncière des entreprises ou CFE pendant la première année d’exercice du micro-entrepreneur ;

Enfin, des solutions de prêts publics s’offrent à vous :

  • Le prêt d’honneur, qui est un prêt à taux zéro pouvant aller jusqu’à 90 000 € ;
  • Le micro-crédit (ou crédit solidaire) pouvant aller jusqu’à 10 000 € sous conditions.

 

Étape 4 : Demander l’immatriculation de son entreprise en ligne

Si vous êtes une entreprise individuelle sous le régime de la micro-entreprise

Un des atouts majeurs de la micro-entreprise est sa grande simplicité de création ! Par ailleurs, le coût de ce processus est également réduit par rapport à une création de société classique. L’immatriculation est le plus souvent gratuite, et les frais à prévoir concernent généralement l’enregistrement de certaines activités au sein de registres spécifiques. Depuis le 1er janvier 2023, vous devez impérativement réaliser toutes les démarches de création de votre micro-entreprise en ligne via le portail e-procédures.

👉 Déclarer votre début d’activité

C’est via ce site que vous pouvez remplir votre déclaration de début d’activité. Il s’agit :

👉 Réunir les pièces justificatives

Quelques documents sont nécessaires à votre immatriculation en ligne : 

  • une pièce d’identité valide ;
  • un justificatif de domiciliation de la micro-entreprise (facture ou contrat de domiciliation datant de moins de 3 mois) ;
  • une déclaration sur l’honneur de non-condamnation (témoin de la conformité de votre casier judiciaire).

D’autres justificatifs peuvent vous être demandés, notamment pour les activités artisanales et les professions libérales réglementées : un justificatif d’expérience professionnelle ou de qualification vous autorisant à exercer.

Il vous faudra scanner ou photographier l’ensemble de ces pièces, puis les convertir en PDF pour les joindre à votre demande d’immatriculation en ligne. 

👉 Envoyer le dossier au CFE

Une fois vos pièces justificatives envoyées, votre demande de création d’entreprise en ligne est transmise au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) compétent. Ce dernier dépend de la nature de votre activité :

  • l’URSSAF pour les professions libérales ;
  • la chambre du commerce et de l’industrie pour les commerçants (CCI) ;
  • la chambre des métiers et de l’artisanat pour les artisans (CMA) ;
  • le greffe du tribunal de commerce pour les agents commerciaux.

 Ces derniers se chargent de votre immatriculation et de votre inscription obligatoire à certains registres :

  • registre du commerce et des sociétés (RCS) pour les commerçants ;
  • répertoire des métiers (RM) pour les artisans ;
  • registre spécial des agents commerciaux (RSAC) pour les agents commerciaux.

 

👉 La remise des documents relatifs à votre immatriculation

Comptez environ une quinzaine de jours (ou moins) après l’étape précédente pour recevoir votre certificat d’inscription au répertoire SIRENE par courrier. Conservez précieusement ce document ! Il contient les informations relatives à l’identité de votre entreprise, comme :

  • Vos numéros SIRET et SIREN (le SIREN correspond aux 9 premiers chiffres de votre numéro SIRET) ;
  • Votre code APE qui identifie votre activité principale.

💡 Le document qui prouve l'existence juridique de votre micro-entreprise est l'extrait Kbis ou “extrait K”, en fonction de votre activité. Le Kbis pour une micro-entreprise (ou extrait K) vous est envoyé automatiquement par e-mail après validation de son immatriculation. Si vous ne l’avez pas reçu, vous pouvez l’obtenir en ligne via le site MonIdenum.

Les micro-entrepreneurs artisans et commerçants reçoivent en complément :

  • Un extrait K pour les commerçants qui est l’équivalent du Kbis des sociétés ;
  • Un extrait D1 pour les artisans correspondant aussi au Kbis des sociétés.

Si vous êtes une EURL sous le régime de la micro-entreprise

Vous avez fait le choix de l’EURL ? Attention, vous n’êtes pas une entreprise, mais une société ! Vous disposez de la personnalité morale. Vous êtes mieux protégé en cas de défaillance et vous pouvez évoluer facilement en SARL. En revanche, les formalités de création de votre micro-entreprise sont plus lourdes.

Il vous faut notamment : rédiger les statuts de votre société (ses règles de fonctionnement), constituer et déposer un capital social (ses fonds de départ) et publier une annonce au sein d’un journal d’annonces légales. Si vous souhaitez bénéficier du régime de la micro-entreprise, vous devrez choisir le régime de l’impôt sur le revenu (IR) et ne pas opter pour l’impôt sur les sociétés (IS) lors des formalités de création de votre entreprise en ligne.

Autrement si vous ne souhaitez pas vous prendre la tête, ouvrez votre entreprise avec Blank !

{{CTA_CREA="/utils/component-rich-text"}}

Étape 5 : Ouvrir votre compte bancaire professionnel

‍Parallèlement à la création de votre micro-entreprise en ligne, il est important d’ouvrir un compte bancaire réservé à votre activité. La loi ne vous oblige pas à choisir une formule de compte professionnel, mais exige, en revanche, que vous soyez détenteur d’un compte dédié à la micro-entreprise dès que votre chiffre d’affaires annuel dépasse 10 000 €. Celui-ci devra, de plus, porter la mention « EI » pour le distinguer d’un compte bancaire classique.

Si vous choisissez d’ouvrir un compte pro en ligne comme celui proposé par Blank, créé sur mesure pour les micro-entrepreneurs, votre abonnement comprend des assurances complémentaires essentielles (hospitalisation, matériel, factures impayées), un outil comptable et bien d’autres fonctionnalités pour piloter votre entreprise.

 

Étape 6 : Accomplir les dernières formalités

Arrivé à ce stade, votre entreprise est créée et vous êtes prêt à travailler, à encaisser vos recettes et à régler vos dépenses professionnelles. Selon votre situation, il ne vous reste que quelques formalités complémentaires à réaliser :

  • souscrire à des assurances professionnelles complémentaires ;
  • louer ou acheter des locaux ou un atelier, si besoin ;
  • créer votre portfolio et/ou CV pour bien démarrer votre prospection ;
  • choisir des outils de suivi de vos prospects, de gestion de vos projets, d’édition de devis et factures ;
  • concevoir un site web pour votre micro-entreprise, alimenter vos réseaux sociaux professionnels et/ou éditer des cartes de visite.

FAQ

Quelles sont les étapes pour choisir un nom de domaine pour ma micro-entreprise en ligne ?

Si vous souhaitez créer un site web, il vous faudra choisir un nom de domaine. Pour cela :

  • Réfléchissez à l'image que vous souhaitez projeter pour définir un nom de domaine en accord avec celle-ci. Vous pouvez utiliser votre propre nom si vous exercez une activité de consulting ou d’audit.
  • Optez pour un nom facile à retenir et à écrire. Choisissez un nom de domaine qui restera pertinent même si votre entreprise évolue.
  • Choisissez la bonne extension : en .com, en .fr ou autre extension spécifique à votre secteur d’activité.
  • Vérifiez la disponibilité du nom de domaine envisagé grâce à un outil de recherche réservé à cet usage. Vérifiez également que le nom que vous avez retenu est aussi disponible sur les réseaux sociaux pour faciliter votre communication en ligne.
  • Achetez votre nom de domaine auprès d’un acteur spécialisé dans ce secteur.

 

Quels sont les outils nécessaires pour gérer efficacement une micro-entreprise en ligne ?

Pour gérer efficacement une micro-entreprise en ligne, voici quelques outils essentiels à sélectionner selon votre type d’activité :

  • plateforme de e-commerce (Shopify, WooCommerce, Amazon Marketplace, etc.) pour créer et gérer votre boutique en ligne ;
  • outil de gestion des stocks pour les activités de commerce en ligne ;
  • système de gestion de contenu (CMS) pour votre site web : par exemple, WordPress ;
  • outils de gestion des finances : éditeur de devis et factures, livre de recettes et dépenses, etc.
  • outils de marketing par e-mail pour gérer vos newsletters, campagnes e-mail, etc. ;
  • Google Analytics pour suivre les performances de votre site web et de vos campagnes marketing.

Comment puis-je promouvoir ma micro-entreprise en ligne ?

Voici quelques moyens de promouvoir efficacement votre micro-entreprise en ligne, que vous exerciez votre activité à 100 % sur internet ou localement au contact direct de vos clients :

  • Créez du contenu sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter, LinkedIn) pour vous faire connaître et fidéliser votre clientèle.
  • Optimisez votre site web pour les moteurs de recherche (SEO) en utilisant des mots-clés pertinents et en créant un contenu de qualité.
  • Publiez régulièrement du contenu utile sous forme d’articles de blog pour générer du trafic organique vers votre site web et renforcer votre autorité dans votre domaine.
  • Si cela s’avère pertinent pour votre activité, investissez dans des campagnes de référencement payant (SEA) pour générer du trafic vers votre site web.
  • Créez une liste d’e-mails ciblés et envoyez des newsletters régulières pour informer vos abonnés sur vos produits, offres spéciales et actualités de votre entreprise.
  • Établissez des partenariats avec d'autres entreprises ou influenceurs dans votre domaine pour toucher une nouvelle audience.

{{CTA_CREA="/utils/component-rich-text"}}

Les fiches pratiques associées

No items found.

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.