Accueil
Micro entreprise
Auto-entrepreneur en achat revente

Auto-entrepreneur en achat revente : Comment se lancer ?

Devenir auto-entrepreneur, spécialement dans le secteur de l'achat-revente, est une opportunité en 2024. En effet, la Fevad prévoit que le chiffre d’affaires de l’e-commerce franchisse la barre des 200 milliards d’euros d’ici 2025, contre 146,9 milliards en 2022. 

Cette opportunité attire par sa promesse de liberté, d'autonomie et de réussite personnelle. Toutefois, s'engager dans cette voie nécessite une préparation minutieuse et une compréhension approfondie des obligations légales et fiscales inhérentes au statut d'auto-entrepreneur.

Dans cet article, nous vous aiderons à comprendre les implications de la TVA, les plafonds de chiffre d'affaires ou encore les démarches pour créer votre activité d’achat-revente en auto-entreprise.

Auto-entrepreneur en achat-revente : définition

Se lancer dans l'auto-entrepreneuriat en achat-revente en 2024, c'est embrasser une activité dynamique où l'objectif est de flairer les bonnes affaires.

En tant qu'auto-entrepreneur, vous allez dénicher des produits variés, des plus traditionnels aux pépites rares, pour les proposer à votre clientèle sans transformation

Cette revente doit naturellement générer une certaine marge. En effet, il s’agit généralement de revendre ces marchandises à un prix supérieur.

Votre proposition de valeur ne se limite pas seulement à vendre ; elle repose sur une connaissance affûtée des attentes de vos clients et une capacité à leur offrir exactement ce qu'ils recherchent. Cela demande de l'écoute, de l'adaptabilité et une certaine dose d'innovation et de créativité pour se distinguer dans un marché foisonnant.

L'astuce pour prospérer ? Ne pas se contenter de suivre la vague, mais savoir la prendre. Diversifiez votre gamme, ajustez vos prix pour rester compétitif tout en assurant la qualité.

En gros, le secret de la réussite en achat-revente réside dans votre capacité à transformer le commun en exceptionnel aux yeux de votre clientèle.

<div class="emphase-rt notif">Bon à savoir :<BR/>Avez-vous pensé à souscrire à une assurance auto-entrepreneur ? Bien qu’elle ne soit pas obligatoire pour l’activité d’achat-revente, une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro), par exemple, vous protégera en cas de dommages matériels ou immatériels causés à vos clients.</div>

Les plafonds de chiffre d’affaires pour les auto-entrepreneurs en achat-revente 

Pour les auto-entrepreneurs en achat-revente, le plafond de chiffre d'affaires est un sujet pouvant être complexe, articulé autour de deux seuils critiques : le seuil de franchise en base de TVA et le plafond du régime de la micro-entreprise.

Les seuils de chiffre d'affaires pour bénéficier du statut de la micro-entreprise

Le plafond de chiffre d'affaires de l'auto-entrepreneur en achat-revente a évolué depuis le 1er janvier 2023. Il est passé de 170 000 € annuel en 2022  à 188 700 € annuel en 2023. Ce nouveau seuil restera valable pour les années 2024 et 2025.

Tel que mentionné plus haut, l'auto-entrepreneur en achat-revente ne doit pas dépasser le plafond de chiffre d'affaires fixé à 188 700 € annuel. Franchir cette limite deux années consécutives, c'est dire adieu au régime simplifié de la micro-entreprise.

En effet, dépasser les plafonds d'auto-entrepreneur deux années de suite peut être un véritable tournant. Mais pas de panique ! C'est juste le signal d'un changement.

L'administration fiscale vous enverra un petit mot pour vous dire que vous passez automatiquement sous le régime de l'Entreprise Individuelle (EI) dès le 1er janvier de l'année suivante. 

Cela implique de nouvelles règles de fiscalité et un changement de régime social, mais aussi un peu plus de paperasse et des règles de jeu qui changent. Les cotisations sociales ne seront plus un pourcentage fixe de votre chiffre d'affaires, mais calculées selon les règles du régime des Travailleurs Non Salariés (TNS) à la Sécurité sociale des Indépendants (SSI)

Les facilités administratives, la souplesse de la déclaration et du paiement de vos cotisations sociales, l'option du versement libératoire de l'impôt sur le revenu... tout cela ne sera plus que des souvenirs.

Toutefois, si la casquette d'EI ne vous sied pas, vous pourriez envisager d'autres formes juridiques, comme l'EURL ou une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), par exemple.

En tout état de cause, c’est loin d’être une fatalité. Bien au contraire : cela signifie que votre activité est en train de décoller vers de nouveaux horizons !

C'est l'occasion de réévaluer votre stratégie et de choisir le meilleur chemin pour votre entreprise. C'est votre aventure entrepreneuriale qui continue, juste sous un nouveau jour !

Cas particulier : dépasser les plafonds de chiffre d'affaires l'année de création de l'auto-entreprise

Si vous démarrez votre activité en cours d'année, le calcul de vos plafonds de chiffre d'affaires s'ajuste au prorata du temps d'activité. Autrement dit, votre plafond n'est pas fixe mais évolue selon le moment où vous avez décidé de vous lancer.

Imaginons, par exemple, que vous commencez votre activité d'achat-revente en avril. Avec seulement neuf mois d'activité (9/12) pour votre première année, le calcul au prorata donne un plafond de chiffre d'affaires ajusté à 141.525 € (188.700 € x 9)/12, au lieu du plafond annuel standard de 188.700 €.

Ce calcul prorata temporis permet une adaptation aux réalités du terrain, offrant ainsi un cadre financier plus flexible.

Si jamais vous dépassez ces plafonds ajustés dès la première année, pas de panique ! Vous conservez les avantages du régime de la micro-entreprise pour l'année suivante, avec une transition en douceur vers le régime réel seulement si cette tendance se confirme l'année d'après.

Ce mécanisme garantit une transition fluide, sans pression inutile, vous laissant le temps de vous adapter et d'optimiser votre activité en fonction des réalités du marché.

Les seuils de franchise de base de TVA

Parlons maintenant de la TVA. Tant que votre chiffre d'affaires annuel n'affiche pas plus de 91.900 €, vous bénéficiez de la franchise de base de TVA.

C’est un régime de TVA qui exonère les entreprises de la déclaration et du paiement de la TVA sur les prestations ou ventes qu'elles réalisent.

Si vos ventes dépassent ce seuil, vous devrez alors inclure la TVA dans vos factures et la comptabiliser.

Mais comme l'univers de l’entrepreneuriat est plein de surprises : un seuil de tolérance à 101.000 € est fixé. En gros, si vous dépassez les 91.900 € sans franchir le cap des 101.000 €, vous pouvez encore bénéficier de la franchise de TVA pendant deux ans maximum.

Cependant, une fois que vous atteignez ou dépassez 101.000 €, la TVA vous est imposée dès le premier euro comptabilité au-delà de ce seuil.

Comment faire sa déclaration à l’URSSAF en tant qu’auto-entrepreneur achat-revente ?

Pour rester en règle en tant qu'auto-entrepreneur, la déclaration du chiffre d'affaires à l'URSSAF est un passage obligé, mais rassurez-vous, c'est aussi simple que de gérer votre playlist préférée !

Que vous optiez pour une fréquence mensuelle ou trimestrielle, le portail en ligne de l'URSSAF ou son application mobile sont vos meilleurs alliés pour cette formalité. Il suffit seulement d’y inscrire votre chiffre d’affaires sur la période considérée et c’est dans la boîte !

Si votre chiffre d’affaires est de zéro sur une période donnée, vous avez également l’obligation de le déclarer.

Si vous oubliez une déclaration, cela pourrait vous coûter un peu plus qu'un bon dîner en ville, avec une amende de 50 € par oubli. Et si les oublis s'accumulent jusqu'à la fin de l'année, attendez-vous à être évalué sur une base majorée, avec potentiellement une perte des bénéfices du régime micro-social.

Pour éviter de perdre les avantages du statut auto-entrepreneur, gardez le rythme et assurez-vous de faire vos déclarations en temps et en heure.

Comment créer son auto-entreprise d’achat-revente ?

Étape n°1 :  déclarer son activité auprès de la plateforme Guichet unique

En 2024, l'époque est au clic ! Plus besoin de se perdre dans de lourdes démarches administratives : votre entreprise se déclare en ligne, rapidement et simplement.

La première étape est de se rendre au Guichet unique de l’INPI. Là, vous trouverez un formulaire numérique adapté à votre projet. Ce formulaire est conçu pour être rempli sans prise de tête. Il vous suffit de renseigner vos informations, de téléverser vos justificatifs, et voilà, le plus gros est fait !

Une fois votre dossier approuvé, vous recevrez votre numéro SIRET par courrier dans un délai allant de 15 à 30 jours. Ce petit numéro s'accompagne des détails de votre régime d'imposition et vous introduit auprès des services fiscaux.

<div class="emphase-rt search">Si vous souhaitez fermer votre auto-entreprise, vous devez également vous rendre sur le Guichet unique de l’INPI pour réaliser ces démarches.</div>

Étape n°2 : domicilier votre auto-entreprise

Pour lancer votre auto-entreprise d’achat-revente, la loi exige de domicilier votre entreprise.

Cette étape consiste à définir le siège social de votre auto-entreprise, qui sera alors son adresse juridique et administrative. Et là, plusieurs chemins s'offrent à vous :

  • Votre domicile : rien de plus simple et rassurant que de choisir votre domicile comme siège social. C'est le choix du cœur, là où tout commence
  • Auprès d’une société de domiciliation : un peu comme avoir une adresse prestigieuse sans y habiter. Cela peut donner un sérieux coup de boost à votre image de marque !
  • Au sein d’une pépinière d’entreprise ou d’un centre d’affaires : s'entourer d'autres entrepreneurs dans une pépinière d'entreprises, c'est choisir un environnement stimulant et plein de potentiel
  • À l’adresse d’un bail commercial : si vous êtes prêt à plonger dans le grand bain, l'adresse d'un bail commercial marque votre engagement et l'ambition de votre projet

Étape n°3 : créer un compte pro pour votre auto-entreprise

En tant qu’auto-entrepreneur, vous avez l’obligation d’ouvrir un compte pro dédié à votre auto-entreprise si votre chiffre d’affaires excède le seuil de 10 000 € pendant deux années consécutives.

Nous vous conseillons de faire cette démarche dès la création de votre auto-entreprise et de ne pas utiliser votre compte perso pour recevoir les paiements de vos clients. Cela vous évitera d’éventuels allers-retours administratifs ou de retrouver vos fonds bloqués sur votre compte perso.

Se lancer en tant qu'auto-entrepreneur dans l'achat-revente en 2024, c'est l'expression d'une volonté de créer, d'innover et de prospérer dans un marché en pleine expansion !

Entre les plafonds de chiffre d'affaires à surveiller, les spécificités de la TVA à maîtriser et les démarches administratives à simplifier, le chemin vers la réussite exige détermination et perspicacité.

Mais souvenez-vous : chaque défi rencontré est une chance de se surpasser et de construire un projet entrepreneurial solide et pérenne.

Alors, prêt à prendre le cap sur 2024 et à transformer vos ambitions en réussite ?

Blank vous accompagne vers ce succès ! Découvrez nos avantages : un support client disponible 7j7, des outils de gestion et de compta et un mois gratuit sans engagement. Oui, vous avez bien lu.

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.