Compte pro

Professionnels : deux comptes bancaires, pour quoi faire ?

Deux comptes pro, ou deux comptes bancaires, pour quoi faire ? Décryptage.

Sarah Schnebert
Publié le
22/7/21
Mis à jour le

Pour aller droit à l'essentiel


99% : c’est le pourcentage estimé de Français détenant un compte bancaire en 2020*, soit l’un des taux de “bancarisation” les plus élevés d’Europe. Un chiffre qui en dit long sur les habitudes des particuliers comme des professionnels, qui jonglent chaque jour entre compte pro, compte courant, ou encore livret d’épargne. Certains vont même jusqu’à créer plusieurs comptes à la fois et dans différentes banques. Un phénomène appelé “multibancarisation”, que l’on retrouve souvent du côté des indépendants et des entreprises. Pourquoi faire ? Quel intérêt stratégique d’avoir deux comptes pro ? Êtes-vous obligé d’avoir un (ou plusieurs) comptes pro ? Comment ouvrir un compte professionnel supplémentaire sans doubler vos dépenses ? Décryptage.

Qu’est-ce que la multibancarisation ?

Vous êtes un particulier et vous détenez un compte courant ainsi qu’un compte dédié à l’épargne ? Cette combinaison bancaire est classique, et souvent proposée par les conseillers afin de vous aider à optimiser vos dépenses et votre épargne. 

Dans le cas des indépendants, détenir plusieurs comptes au sein d’un même organisme est tout aussi fréquent. On parlera plutôt de compte professionnel, un outil différent car pensé pour le pilotage d’une entreprise ou d’une société.

Lorsqu’un indépendant ou un particulier crée un nouveau compte auprès d’un autre organisme financier (différent de sa banque), on parle alors de multibancarisation.

Cette situation est très fréquente. Par exemple : un particulier souhaitant créer un compte commun avec un conjoint qui n’est pas dans le même établissement bancaire que lui. Ou encore, un porteur de projet en quête d’un partenaire financier mieux adapté à son projet professionnel.

Exemple 1 : Marine travaille dans les relations presse et décide de lancer sa micro entreprise. Elle est depuis toujours au Crédit Agricole, où elle a un compte courant ainsi qu’un compte épargne que ses parents lui ont créé lors de sa naissance. Toutefois, Marine souhaiterait ouvrir un nouveau compte, moins cher, uniquement dédié à son projet, et surtout, offrant des fonctionnalités spécifiques pour sa micro entreprise. Par exemple : déclaration URSSAF automatique, affacturage, etc. Après réflexion, Marine décide alors de conserver ses comptes au Crédit Agricole et choisit Blank, un compte pro en ligne pensé pour les indépendants, avec lequel elle pourra piloter son activité, gérer sa trésorerie et virer des sommes tous les mois depuis son application vers son compte courant.

👉La multibancarisation est donc une situation simple. Elle est d’autant plus courante que de nouvelles offres bancaires ont vu le jour sur le marché de la Fintech, permettant d’ouvrir un compte pro rapidement et à moindre frais, sans passer par une agence.

L’entrée en vigueur du service gratuit d'aide à la mobilité bancaire en 2017 a aussi favorisé les mouvements interbancaires, devenus plus souples et plus accessibles.

En outre, la multibancarisation est plus complexe pour les professionnels car un compte pro est aussi plus cher ! C’est pourquoi ouvrir plusieurs comptes pros nécessite de bien évaluer vos besoins et les offres commerciales pour minimiser les frais bancaires. Bonne nouvelle : certains comptes pro en ligne tels que Blank proposent une fonctionnalité appelée agrégation bancaire. Cette dernière permet de voir tous vos comptes, pro et perso, même dans d’autres banques, depuis la même application !

Si la multibancarisation est donc facile, est-elle limitée par la loi ?

Avoir plusieurs comptes pro : que dit la loi ?

Un ou plusieurs comptes pro : c’est possible !

⚖️ Légalement, un indépendant peut ouvrir autant de comptes pro qu’il le souhaite. Il n’existe pas de limites, hormis celles imposées par la politique commerciale de l’établissement de crédit. Vous pouvez donc ouvrir plusieurs comptes pro, sous réserve des conditions d’acceptation de votre partenaire financier.

L’obligation du compte séparé : 3 cas de figures

Comme nous l’évoquions dans l’exemple 1, un projet entrepreneurial est souvent à l’origine d’une ouverture de compte au sein d’un organisme autre que celui déjà utilisé par l’indépendant pour ses dépenses personnelles. Une séparation des patrimoines s’impose, et le compte bancaire devient l’outil de cette distinction. 

Dans certains cas, un compte séparé, dédié à l’activité professionnelle, est obligatoire... Mais vous n’êtes pas obligé d’ouvrir un compte pro ! 

👉 Les trois cas concernés par l’obligation d’un compte séparé (sans avoir à créer un compte pro) sont :

⚖️ Les entreprises individuelles. Ces dernières ne sont pas obligées de choisir un compte professionnel, en revanche, elles doivent créer un compte séparé, dédié à leur activité, dès lors que leur chiffre d'affaires dépasse le montant de 10 000 € pendant 2 années consécutives.

⚖️Depuis 2019, les micro-entrepreneurs, avec les mêmes critères (plus de 10 000 € de chiffre d’affaires au-delà de deux années civiles).

⚖️ Les commerçants, à la différence que le texte de loi est l’article L.123-24 du Code du Commerce : « Tout commerçant est tenu de se faire ouvrir un compte dans un établissement de crédit ou dans un bureau de chèques postaux. »

Encore une fois, la loi ne précise pas la nature du compte à ouvrir, du moment qu’une séparation est faite. Le compte pro risque simplement de devenir indispensable dès lors que votre activité progresse. Quel que soit votre métier ou votre activité, seul vous pouvez décider si ouvrir un compte pro est dans votre intérêt ! 

💡 Cependant, l’existence de comptes pro en ligne à petits prix tels que Blank, par exemple, avec une offre et des tarifs pensés pour la micro entreprise, encouragent de plus en plus de freelances à ouvrir un compte pro. Ils profitent ainsi de prix bas tout en ayant accès à des services pensés pour une entreprise !

Un compte pro : est-ce obligatoire ?

👉 La réponse est non, comme nous venons de le voir, toutes les entreprises n'ont pas pour obligation d'ouvrir un compte professionnel.

En revanche, un compte professionnel peut devenir indispensable à l’activité, et surtout, à la création de la société dans le cadre du “dépôt de capital social”.

⚖️ Toutes les sociétés à capital social (SAS, SASU, SARL, etc.) doivent déposer leur capital au moment de leur création. La preuve de dépôt est obligatoire pour l’immatriculation. Le capital social représente les fonds de départ d’une société.

Pour déposer le capital social, 3 dépositaires sont possibles : 

  • Un notaire (plus cher) ; 
  • La Caisse des Dépôts et Consignations ;
  • Le compte professionnel (banque traditionnelle ou compte pro en ligne). Ce choix est le plus courant, car il est aussi le plus rapide et souvent le moins cher.

⚖️ S’il est obligatoire d’ouvrir un compte professionnel pour le dépôt de capital, vous n'avez pas pour obligation de le conserver ! Il est simplement dommage de le fermer après avoir pris toutes les dispositions nécessaires à son ouverture (frais de dossier, rendez-vous avec le conseiller, etc.)

C’est là qu’avoir plusieurs comptes pro est intéressant ! Vous pouvez conserver le compte pro dédié au dépôt du capital social, puis souscrire à une autre offre plus alléchante ou simplement complémentaire.

Pourquoi avoir plusieurs comptes pro ? Quels avantages ?

Éviter la confusion 

Et non : différentes banques ne veut pas dire plus de complexité. Au contraire : la multibancarisation pour les indépendants est d’abord un gage de clarté. Et ce, car il faut parvenir à distinguer tous les mouvements professionnels (les différents clients, les différents fournisseurs, les dépenses des uns et des autres, etc.). Pas facile lorsque l’on a beaucoup de frais professionnels ! Avoir plusieurs comptes pro facilite ainsi la gestion et le suivi de la comptabilité, pour vous et/ou votre expert comptable. 

Porter un nouveau projet

Vous êtes indépendant ou à la tête d’une société, et vous avez envie de créer un nouveau projet ? Excellente nouvelle ! Dans ce cas, ouvrir un deuxième compte pro permet de :

  • Choisir un autre organisme dont l’offre est plus adaptée à ce nouveau projet ;
  • Produire des indicateurs et analyses différentes pour cette autre activité ;
  • Éviter la confusion et séparer les patrimoines des deux projets.

Exemple 2 : un chef d’entreprise (une SAS) crée une nouvelle filiale à l’étranger pour accompagner la croissance de son activité. Cette filiale sera gérée par le deuxième associé. Un deuxième compte pro est indispensable pour distinguer les dépenses du siège de celles de la filiale. D’une part, parce que ces dépenses ne sont plus sur le même territoire. D’autre part, pour pouvoir évaluer différemment le siège et la filiale lors du bilan ! Ainsi, le deuxième compte permettra de créer d’autres indicateurs. Enfin, le deuxième associé prévoit de voyager et faire de nombreux aller-retour entre le siège et la filiale. Il souhaiterait donc pouvoir tout piloter depuis son smartphone. Un compte pro en ligne est plus adapté à cette nouvelle filiale !

Exemple 3 : un informaticien consultant et micro-entrepreneur décide d’ajouter une activité supplémentaire autre que son activité principale, la vente de matériel informatique. Même si cette activité relève de la même entreprise (même numéro SIREN), il s’agit de dépenses totalement différentes ! L’achat d’un véhicule et l’essence pour le transport, le loyer d’un local pour vendre le matériel, etc. Une assurance en plus serait idéale en cas de panne de matériel. Un deuxième compte pro peut être une bonne idée.

Profiter d’offres innovantes pour booster votre stratégie

Votre compte pro actuel vous convient, mais vous souhaiteriez profiter de nouvelles offres ou de nouvelles fonctionnalités ? Dans ce cas, un deuxième compte pro favorise la complémentarité des services bancaires ! D’autant que l’agrégation bancaire proposée par certains prestataires facilite les choses.

Ainsi, vous pouvez conserver un premier compte pro dans un établissement de crédit, tout en profitant de nouveaux services chez un autre prestataire (frais bancaires allégés, location de TPE, affacturage en ligne, virements gratuits, etc.). Voyez-le plutôt comme une nouvelle répartition stratégique des services !

Ne pas passer par la case clôture

Envie d’un nouveau compte pro sans passer par toutes les démarches pour supprimer l’ancien ? Si clôturer un compte pro demeure une opération facile, notamment grâce à l’aide à la mobilité bancaire, c’est plutôt la gestion du poste client et de l’administratif qui peut être chronophage. Par exemple :

  • Résilier toutes les transactions ;
  • Finir de payer un crédit professionnel ;
  • Changer tous les mandats concernant les ordres de paiement (virements, prélèvements, etc.) ;
  • Modifier tous vos documents comptables pour y changer votre RIB ;
  • Contacter tous les tierces (clients, fournisseurs de matériaux ou services, administration, fournisseurs d’électricité) pour les informer de votre changement de RIB.

Refuser un changement de cap

Votre conseiller vous informe que l’offre commerciale relative à votre compte pro à changée (conditions tarifaires, suppression de produits, etc.) ? Ou bien il refuse de négocier certains produits avec vous suite à une augmentation de votre activité ?

Malheureusement, une relation bancaire exclusive ne vous donne pas d’autres choix que d’accepter ces nouvelles conditions. Dans ce cas, ouvrir un autre compte pro peut être intéressant. Vous pouvez y consacrer certains pans de votre activité qui posent problème à votre ancienne banque, ou souscrire aux mêmes produits mais moins chers (sans oublier de résilier ceux de votre premier compte pro). 

Renouveler une demande de crédit professionnel

Vous êtes très satisfait de votre banque, en revanche vous ne parvenez pas à y obtenir un crédit professionnel ? Cela peut arriver, notamment si votre activité est méconnue de votre conseiller, ou si votre établissement bancaire est un peu traditionnel. Difficile de le convaincre que votre projet en vaut la peine. Pourtant, d’autres organismes de crédit ou d’autres comptes pro en ligne, plus modernes et plus innovants, seraient susceptibles d’accepter votre demande.

Exemple inverse : vous êtes très satisfait de votre compte pro en ligne, mais votre activité grossit, et vous avez besoin d’obtenir un crédit professionnel au montant très conséquent. Or, votre prestataire actuel ne propose pas le crédit dans ses produits bancaires, ou ne peut aller jusqu’au montant souhaité.

Dans les deux cas, faites jouer la concurrence ! N’ayez pas peur d’ouvrir un deuxième compte pro, qui sera uniquement dédié à ce crédit professionnel. 

En conclusion : pas de problèmes, que des solutions ! Avoir plusieurs comptes pro est non seulement possibles mais stratégiques ! Seul bémol : le prix. À vous de bien choisir votre partenaire financier pour éviter de dédier trop de dépenses professionnelles à votre compte pro. 



*Source : Étude 2020 menée par la FBF (Fédération Bancaire Française)

Écrit par

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.

Ouvrir un compte
Carte Blank