Fiches métiers

Devenir coiffeur à domicile

Votre paire de ciseau et vous c'est une longue histoire d'amour et vous souhaitez vous lancer et devenir coiffeuse à domicile ? Suivez le guide !

Victoria Grimaldi
Publié le
29/9/21
Mis à jour le
29/9/21

Pour aller droit à l'essentiel

Avec plus de 85 000 salons de coiffure en France, la coiffure est une des activités artisanales les plus répandues. Si vous envisagez vous aussi de devenir coiffeuse, découvrez notre fiche métier pour vous aider à vous lancer !

Qu’est-ce qu’un coiffeur ?

Le coiffeur est un professionnel de la coiffure. Il maîtrise différentes techniques de coiffure : dégradé, coloration, brushing, permanente, etc.

Il existe différentes spécialités parmi les coiffeurs. On pense déjà aux coiffeurs pour dames ou aux coiffeurs pour hommes même si de nombreux professionnels savent faire les deux (« coiffeur mixte »). 

Il y a également :

  • Le coiffeur coloriste : c’est un spécialiste des techniques de coloration des cheveux ;
  • Le coiffeur visagiste : le coiffeur visagiste sait vous indiquer quelle coiffure vous correspond selon la forme de votre visage ;
  • Le coiffeur studio : le coiffeur studio est spécialisé dans la coiffure des modèles pour les shootings photos, les tournages de film, etc ;
  • Le barbier : la profession de barbier est redevenue à la mode depuis quelques années. Le barbier est un spécialiste de la coiffure, de la taille et de l’entretien de la barbe des hommes.

Le coiffeur exerce en salon de coiffure ou à domicile. Dans ce dernier cas, il ne possède pas d’équipement fixe. Il se déplace chez les particuliers, sur leur lieu de travail, de vacances ou encore dans des établissements collectifs (maisons de retraite…).

Zoom sur le secteur de la coiffure

Selon l’UNEC (Union Nationale des Entreprises de Coiffure), le secteur de la coiffure est le 2ème secteur de l’artisanat en France. C’est un secteur où la demande d’emploi est stable et ne faiblit pas

Néanmoins, de fortes disparités sont observées entre les indépendants et les réseaux sous enseignes. Ces derniers possèdent davantage les moyens de se développer que les professionnels indépendants. Même si les coiffeurs indépendants restent majoritaires, les réseaux sous enseignes opèrent un maillage territorial important faisant concurrence aux indépendants.

L’activité de coiffure à domicile s’est beaucoup développée depuis les années 2000. Elle représente environ 26 % de l’ensemble des activités de coiffure. Les particuliers apprécient ce service de proximité. La coiffure à domicile attire les mamans pour son côté pratique, les personnes âgées ayant des difficultés à se déplacer ou encore les jeunes qui y voient un intérêt économique car les prix sont généralement plus bas qu’en salon.

Les missions quotidiennes d’une coiffeuse

Quelle est la journée type d’une coiffeuse ? Voici ces principales missions :

  • Prendre des rendez-vous ;
  • Accueillir le client et le mettre à l’aise ;
  • Conseiller le client sur le choix de sa coupe ou de sa couleur ;
  • Préparer les cheveux à la coupe (shampoing…) ;
  • Couper les cheveux selon les envies du client ;
  • Colorer les cheveux ;
  • Sécher et coiffer les cheveux ;
  • Proposer des produits au client pour entretenir sa coupe ;
  • Nettoyer le salon, etc.

Les qualités requises pour devenir coiffeuse

Quelles sont les qualités indispensables pour exercer le métier de coiffeur ? Quelques pistes : 

  • Une bonne présentation et un sens de l’esthétique certain : le coiffeur doit être soigné car il représente la vitrine de son entreprise. Vos clients attendent donc de vous une présentation irréprochable qui leur inspirera confiance. C’est un secteur où les apparences sont fondamentales ; 
  • Le sens du contact : la coiffure est un métier où le relationnel est important : il vous faut savoir mettre les gens à l’aise, faire la conversation, donner des conseils, etc. Empathie, capacité d’écoute, aisance et se montrer disponible à toutes heures de la journée sont des qualités indispensables ;
  • Une excellente habileté manuelle : de la dextérité et une bonne dose de patience vous seront bien utiles pour manier les ciseaux et autres outils de coiffure toute la journée.

Les compétences nécessaires pour devenir coiffeuse

Les compétences d’une coiffeuse sont essentiellement techniques mais d’autres compétences se révèlent utiles :

  • Réaliser différentes coupes de cheveux ou coiffures comme des chignons… ;
  • Maîtriser les outils du coiffeur (ciseaux, rasoirs…) ;
  • Connaître les produits capillaires (cires, gels, shampoings, masques…) ; 
  • Posséder des compétences en gestion d’entreprise (organisation du planning, gestion des stocks, techniques de vente, etc.).

Études et formations pour devenir coiffeur

Les diplômes pour devenir coiffeur

Vous devez posséder une qualification professionnelle dans le domaine de la coiffure pour exercer le métier de coiffeur. Voici les formations en coiffure possibles.

Le CAP coiffure

Le diplôme minimal pour être coiffeur et commencer à exercer son métier est le CAP coiffure. Il s’effectue en lycée professionnel, dans des écoles de coiffure ou dans les CFA (Centres de Formation des Apprentis) qui proposent des contrats d’apprentissage. 

Le BP coiffure

Après le CAP, les apprentis coiffeurs pourront continuer leurs études par un brevet professionnel coiffure. Ce diplôme est un équivalent du baccalauréat. Il est indispensable pour être à la tête d’un salon de coiffure. 

Il existe aussi un bac pro perruquier-posticheur.

La MC coiffure

La mention complémentaire coiffure se réalise en 1 an. Vous pouvez choisir une spécialité à ce moment-là comme : 

  • Une MC coloriste-permanentiste ;
  • Une MC styliste-visagiste.

Le BTS coiffure

Si vous souhaitez continuer vos études, vous pouvez envisager un BTS métiers de la coiffure (bac +2).

Le BM coiffure

Délivré par les chambres des métiers, le Brevet de Maîtrise est le diplôme le plus élevé. Il permet d’accéder au titre reconnu de Maître Artisan. Il confère un niveau bac +2.

Accès aux spécialités

Si vous souhaitez devenir coiffeur barbier, un CAP coiffure est nécessaire. Des stages auprès de barbiers viendront le plus souvent compléter votre formation. Il existe par ailleurs une option au sein du BP coiffure : « coupe homme et entretien du système pilo–facial ».

Si vous voulez devenir coiffeur pour le cinéma ou la télévision, la formation est identique aux autres coiffeurs. Quelques années d’expérience professionnelle auprès des pros du secteur seront néanmoins nécessaires pour devenir coiffeur studio.

La reconversion dans les métiers de la coiffure

La reconversion professionnelle est possible dans ce métier mais vous ne pouvez pas devenir coiffeur sans diplôme. 

Pour vous reconvertir, vous devez donc au minimum obtenir le CAP coiffure. Vous pouvez par exemple utiliser votre CPF (compte personnel de formation) pour faire financer votre formation. 

Certains centres de formation proposent un CAP accéléré en 1 an au métier. Vous pouvez préparer l’examen en présentiel ou le préparer à distance en candidat libre (c’est-à-dire en vous inscrivant vous-même à l’examen).

Voici quelques exemples : les écoles du groupe Terrade, l’école Elysées Marbeuf EICY, les formations du groupe Karis, etc.

Le salaire d’une coiffeuse

Les apprentis coiffeurs salariés débutent généralement au SMIC. S’ils sont salariés, leur salaire moyen est d’environ 1 975€ brut par mois selon le JDN. 

Combien gagne une coiffeuse à son compte ? 

Tout dépend du nombre de clients que vous avez, de votre expérience et de votre notoriété ! Il est ainsi nécessaire de se faire connaître par tous les moyens (publicité dans les boîtes à lettres, vidéo sur YouTube, bouche-à-oreille…) pour fidéliser sa clientèle.

Bien souvent, le coiffeur indépendant peut espérer gagner un peu plus qu’un salarié. Sa rémunération est néanmoins soumise à de nombreux aléas et il ne devra pas compter ses heures. En moyenne, sa rémunération tourne autour de 1 000€ à 2 000€ net par mois avec des prestations oscillant entre 15 et 90€. Il arrive également que les coiffeurs touchent des pourboires qui viennent compléter leur salaire.

Le statut le plus adapté pour devenir coiffeuse à domicile

Voici les formes juridiques adaptées pour exercer le métier de coiffeur à domicile.

L’entreprise individuelle (EI, EIRL)

L’entreprise individuelle est la solution de la simplicité. Elle permet de créer une entreprise facilement et de commencer rapidement votre activité. Sachez cependant que son défaut est de ne pas limiter votre responsabilité. En d’autres termes, si vous avez des créanciers professionnels, ils pourront saisir votre patrimoine pour éponger leurs dettes.

Pour éviter cette situation, vous pouvez choisir l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). C’est une forme d’entreprise individuelle permettant d’affecter un patrimoine à votre activité professionnelle.

La société unipersonnelle de coiffure (EURL, SASU)

Ces deux formes de société vous permettent de créer une société seulement avec un 1€ d’apport minimal. Elles limitent également votre responsabilité à hauteur de votre apport mais sont plus complexes à créer et à gérer au quotidien. 

Vous serez donc amené à créer une société unipersonnelle si votre activité est amenée à évoluer. Par exemple, c’est le cas si vous envisagez d’embaucher un apprenti ou de vous associer avec d’autres coiffeurs.

Si vous souhaitez ouvrir un salon de coiffure, la meilleure solution est de créer une société seul (EURL, SASU) ou à plusieurs (SARL, SAS).

Le régime de la micro entreprise pour les coiffeurs

Vous pouvez choisir le régime de la micro entreprise (anciennement régime de l’auto-entrepreneur) si vous avez opté pour les statuts juridiques suivants : l’EI, l’EIRL ou l’EURL.

Le régime de la micro entreprise vous permet de bénéficier d’un régime social allégé, d’un régime fiscal intéressant et d’une comptabilité simplifiée. En revanche, il existe 2 points négatifs pour les coiffeurs en micro entreprise :

  • Vous êtes limité à 72 600€ de chiffre d’affaires brut annuel pour les prestations de services artisanales et à 176 200€ pour la revente de produits ;
  • Vous ne pouvez pas déduire vos charges (achat de produits capillaires, essence pour les déplacements…).

Comment devenir coiffeuse à domicile ? Les démarches de création d’une entreprise

Les démarches de création d’une entreprise individuelle

La création d’une entreprise individuelle peut se faire en quelques clics. Commencez par réaliser votre déclaration de début d’activité en remplissant le formulaire correspondant au statut juridique que vous avez choisi :

  • P0 CMB micro-entrepreneur pour l’entreprise individuelle sous le régime de la micro entreprise ;
  • P0 CMB pour l’entreprise individuelle hors régime de la micro entreprise ; 
  • Remplissez en plus le formulaire P EIRL CM si vous avez choisi l’EIRL.

Fournissez ensuite les pièces justificatives nécessaires pour accompagner votre demande de création d’entreprise : 

  • Une copie de votre pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Une déclaration sur l’honneur de non-condamnation ;
  • Une attestation de notification au conjoint marié ou pacsé des conséquences des dettes professionnelles sur les biens communs ;
  • Le formulaire JQPA (justification de qualification professionnelle artisanale) qui justifie de votre qualification professionnelle ;
  • En cas d’option pour l’EIRL : la déclaration d’affectation déterminant les biens affectés à votre activité professionnelle.

Vous pouvez compléter votre dossier en ligne sur guichet-entreprises.fr ou envoyer votre dossier à votre Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent. 

En tant que coiffeur, vous êtes artisan. Si vous revendez également des produits de coiffure, vous êtes aussi commerçant. Dans tous les cas, votre CFE compétent est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA).

Les démarches de création d’une société unipersonnelle

Pour créer une société, il faut : 

  • Remplir le formulaire M0 SARL pour les EURL ou le formulaire M0 pour une SASU ;
  • Rédiger les statuts de la société ;
  • Constituer et déposer votre capital social sur un compte bancaire dédié ;
  • Publier l’avis de constitution de la société dans un journal d’annonces légales ;
  • Réunir les pièces justificatives suivantes :
  • Une pièce d’identité du dirigeant ;
  • Le justificatif de domiciliation de votre société ;
  • Les statuts de votre société signés et datés ;
  • L’attestation de publication au sein du journal d’annonces légales ;
  • L’attestation de dépôt de fonds ;
  • Le formulaire de déclaration relatif aux bénéficiaires effectifs ;
  • Envoyer le dossier complet à la chambre des métiers et de l’artisanat.

Quelques spécificités du métier de coiffeur

Le régime fiscal des coiffeurs

Vous pouvez être soumis à 2 régimes fiscaux : 

  • L’impôt sur les sociétés : en EURL (sur option), SASU, EIRL (sous conditions) ;
  • L’impôt sur le revenu : en EI, EIRL, EURL, SASU (uniquement pendant 5 exercices comptables).

Lorsque vous avez opté pour le régime de la micro entreprise, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 50% qui correspond à vos charges professionnelles.

Dans les autres cas, les frais professionnels sont déduits au réel.

Le régime social des coiffeurs

Dans la grande majorité des cas, les coiffeurs sont des travailleurs non-salariés (TNS). Il existe une exception : en SASU, les coiffeurs ont le statut d’assimilés-salariés ce qui leur confère une protection sociale proche de celle d’un salarié.

Les cotisations sociales varient selon la structure juridique choisie :

  • En micro entreprise : elles s’élèvent à environ 22% de votre chiffre d’affaires pour les prestations de services et 12,8% pour la revente de matériels ; 
  • En EURL, EI ou EIRL : comptez environ 45% de votre rémunération ;
  • En SASU : les charges sociales représentent environ 80% de la rémunération.

Les obligations comptables des coiffeurs

Les coiffeurs peuvent être soumis à différentes obligations comptables :

  • Comptabilité simplifiée au régime des micro-BIC : vous devez simplement tenir un livre des recettes et un registre des achats ;
  • Comptabilité de trésorerie au régime réel simplifié d’imposition : ce régime est applicable si votre chiffre d’affaires annuel se situe en dessous de 818 000€ pour les ventes et de 247 000€ pour les prestations de services. Il vous faudra tenir un grand-livre, un livre-journal et établir des comptes annuels.

Au-delà de ces seuils de chiffre d’affaires, vous relèverez du régime réel normal. Vous devrez donc tenir une comptabilité beaucoup plus contraignante.

La carte d’artisan ambulant

Votre activité impliquant des déplacements fréquents au domicile de particuliers, vous devez obtenir une carte d’artisan ambulant. Ce n’est obligatoire que si vous exercez votre métier au-delà de votre commune de domiciliation (c’est souvent le cas !).

Vous pouvez effectuer votre demande auprès de la chambre des métiers et de l’artisanat. Elle coûte environ 15€ et doit être renouvelée tous les 4 ans.

Depuis la loi PACTE du 22 mai 2019, le stage de préparation à l’installation pour les artisans est devenu facultatif. Vous pouvez choisir de l’effectuer quand même. Pour cela, rapprochez-vous de la chambre des métiers et de l’artisanat.

L’obligation de s’assurer

Il est fortement conseillé de souscrire à une assurance professionnelle pour votre activité de coiffure à domicile.

L’assurance responsabilité civile professionnelle (RC Pro) est fortement recommandée même si elle n’est pas obligatoire. Elle permettra de couvrir les dommages que vous pourriez causer à des tiers dans le cadre de votre activité professionnelle. Par exemple, elle peut être utile si vous brûlez les cheveux d’une cliente, ou si votre cliente fait une allergie à un des produits que vous utilisez.

Enfin, votre véhicule doit bien entendu être assuré.

Qu’elle exerce à domicile ou en salon, la coiffeuse exerce un métier de proximité qui ne connaît pas la crise.

Vous souhaitez en découvrir plus sur d'autres métiers ? Découvrez comment devenir traducteur.

Vous préférez les travaux manuels ? Apprenez à devenir pâtissier.

Tableau récapitulatif : devenir coiffeur à domicile

Spécialités Coiffeur visagiste, coiffeur coloriste, coiffeur studio, barbier…
Type d’activitéArtisan Artisan et commerçant en cas d’achat-revente de produits
FormationQualification professionnelle obligatoire Formation minimale : CAP
Rémunération moyenneEntre 1 000 et 2 000€ net par mois Entre 15 et 90€ la prestation
Structures juridiques recommandéesEI, EIRL, EURL (plus rarement SASU) Option possible pour le régime micro entreprise en EI, EIRL et EURL
CFE compétentChambre des métiers et de l’artisanat
ObligationsCarte d’artisan ambulant en cas de déplacement hors de la commune de domiciliation Assurance responsabilité civile professionnelle recommandée

Créez votre compte en 5min

Après vérification de votre identité, vous recevrez votre Carte Blank sous quelques jours.

Ouvrir un compte
Carte Blank